Vol de données personnelles sur Facebook : une première plainte collective réclame 500 millions de dollars

DirectLCI
JUSTICE - Cinq jours après la révélation du scandale Facebook-Cambridge Analytica sur le vol de données des utilisateurs, les premières plaintes commencent à être déposées contre le réseau social. L’une d’entre elles réclame pas moins de 500 millions de dollars de dommages et intérêt.

La tentative de mea culpa de Mark Zuckerberg n’aura sans doute pas suffi à calmer les esprits. Un premier recours collectif a été déposé en Californie du Nord contre Facebook et Cambridge Analytica, la société accusée d’avoir détourné les données personnelles de 50 millions d’utilisateurs.


Le recours collectif a été déposé mardi soir devant un tribunal de district de San Jose au nom d’une habitante du Maryland, Lauren Price. La plainte exige pas moins de 500 millions de dollars de dommages et intérêts (environ 405 millions d’euros). En cause : les pratiques commerciales illégales, la négligence, mais aussi la violation de la loi californienne sur la concurrence déloyale. "Chaque utilisateur de Facebook a un intérêt dans cette action en justice et dans le respect de son droit à la vie privée", a déclaré à Reuters John Yanchunis, l'un des avocats de la plaignante.

Lauren Price reproche au réseau social et à Cambridge Analytica le "mépris absolu avec lequel les défendeurs ont choisi de traiter les renseignements personnels du demandeur". Elle rappelle que la firme de Mark Zuckerberg s’engage dans sa politique de confidentialité à ne partager aucune information sans permission ni notification. Elle ajoute que "les informations communiquées devaient être protégées et utilisées uniquement à des fins expressément divulguées et limitées". 

60 milliards de dollars de pertes en deux jours

Son avocat a ajouté que sa cliente avait "constaté une énorme augmentation des messages politiques pendant la campagne (présidentielle de 2016, ndlr) sur sa page Facebook, ce qu'elle n'avait jamais vu avant". Et de conclure : "Elle comprend aujourd'hui qu'il s'agissait d'une tentative pour influencer son vote."


Une autre plainte a été déposée contre Facebook à San Francisco, mais en raison de la chute de l’action qui a perdu rapidement 11% deux jours après les révélations du New York Times et du Guardian. Soit une perte de 60 milliards de dollars en bourse pour l’entreprise et cinq milliards pour Zuckerberg qui avait sans doute là une bonne raison de réagir.


En 2015, une plainte collective regroupant 25.000 plaignants avait été déposée en Autriche. Ils réclamaient des dommages et intérêts de 500 euros chacun pour utilisation de leurs données personnelles. Le tribunal civil de Vienne avait rejeté leur demande. En revanche, en 2011, Max Schrems, également auteur de la plainte collective rejetée, avait eu gain de cause auprès des autorités irlandaises de protection de la vie privée et obtenu que Facebook clarifie sa politique de gestion des données privées.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter