Vous avez commandé un Galaxy Note 7 ? Sachez que vous n'êtes pas près de l'avoir entre les mains

Vous avez commandé un Galaxy Note 7 ? Sachez que vous n'êtes pas près de l'avoir entre les mains
High-tech

SMARTPHONE - Le rappel planétaire organisé aurait pu suffire à limiter la casse pour le géant sud-coréen, mais de nouveaux incidents sur des appareils qui avaient pourtant été remplacés plongent Samsung un peu plus la tourmente. La descente aux enfers du Galaxy Note 7 continue.

Si vous avez commandé un Samsung Galaxy Note 7, inutile de vous attendre à le recevoir chez vous avant plusieurs semaines. Samsung aurait ainsi décidé de suspendre temporairement la production de sa phablette haut de gamme. Ce que confirme le groupe sud-coréen. "Nous sommes en train d'ajuster les volumes de production pour améliorer le contrôle qualité et permettre des investigations approfondies à la suite des récentes explosions de Galaxy Note 7", a-t-il indiqué vendredi dans un communiqué.

Le groupe sud-coréen a été contraint , le 2 septembre dernier, d'ordonner le rappel de 2,5 millions d'appareils dans le monde pour procéder à "des contrôles qualité supplémentaires".  En cause : un problème de batterie défectueuse. En effet, quelques jours après sa mise en circulation, des images de Galaxy Note 7 carbonisés ont commencé à inonder les réseaux sociaux aux Etats-Unis et en Corée du sud. Les  premiers témoignages parlaient d'un risque d'explotion lors de sa charge.

Ce fiasco aurait déjà coûté entre 1 et 2 milliards de dollars à Samsung

Après enquête de Samsung, il s'est avéré que 35 appareils -soit un sur 42.000- étaient affectés par ce problème de batterie explosive. L’opération de remplacement des modèles défectueux semblait se dérouler convenablement, jusqu'à la semaine dernière. Ainsi, le 5 octobre dernier, les passagers d'un avion de la compagnie Southwest Airlines ont dû être évacués en urgence, après qu’un Samsung Galaxy Note 7 a pris feu à bord, comme le rapportait le site spécialisé The Verge. Plus grave : l’appareil en question était déjà un produit de remplacement, autrement un modèle théoriquement "sûr". Sachant que cela couteraît entre 1 et 2 milliards pour procéder au remplacement des modèles équipés d'une batterie potentiellement dangereuse.

Et maintenant, les opérateurs ne veulent plus les vendre

Dimanche, la compagnie de télécommunications américaine AT&T et son concurrent allemand T-Mobile ont pour leur part annoncé qu'ils cessaient les échanges de Galaxy Note 7 dans l'attente d'investigations complémentaires. L'américain, troisième client le plus important de Samsung, a décidé de fournir aux propriétaires de Samsung des modèles différents. T-Mobile, quatrième plus gros client de Samsung, ne proposera plus le Note 7 à la vente. 

Lire aussi

    Sur le même sujet

    Et aussi

    Lire et commenter

    Alertes

    Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent