Vous avez mal aux genoux en pratiquant le ski : avez-vous pensé à utiliser un exosquelette ?

Vous avez mal aux genoux en pratiquant le ski : avez-vous pensé à utiliser un exosquelette ?

REPORTAGE - Après l'armée, le corps médical et le monde de l'industrie, l'exosquelette s'attaque désormais au domaine du ski. Un "championnat du monde" a même eu lieu ce week-end à L'Alpe-d'Huez.

Sur les pistes, avec leur drôle de look, ils ne passent pas inaperçus. Ils, ce sont les skieurs qui utilisent un exosquelette sur leurs jambes. Autrefois réservé à l’industrie ou à l’armée, le système se démocratise petit à petit et arrive donc aussi dans le domaine du sport.

Le principe est simple : le dispositif, qui coûte environ 600 euros, se place contre la jambe et la "double". Cinq minutes suffisent pour l’installer la première fois.

Toute l'info sur

LE WE 13h

Lire aussi

L'avantage principal ? Un  tiers environ du poids est pris en charge par l'exosquelette. Un skieur de 90 kg n’aura donc plus "que" 60 kg à faire porter par ses jambes. C’est donc moins traumatisant pour le corps, notamment les muscles et les genoux, et  moins fatigant. Outre le skieur lambda, le système est utilisé par ceux qui possèdent une prothèse au genou, par des champions de retour à l’entraînement après une blessure ou par des moniteurs. "J'ai l'impression d'avoir quinze ans de moins", explique à TF1 Gérard Delgay, qui enseigne à L'Alpe-d'Huez.

Cet exosquelette adapté au ski est-il dangereux en cas de chute ? Pour l’instant, aucun accident spécifique n’a été signalé. En six ans, 7.000 skieurs l’ont déjà adopté. Au point que des "championnats du monde" officieux  ont eu lieu à L’Alpe-d'Huez le week-end du 26 janvier.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : 9000 contaminations ces dernières 24 heures

Voici les trois étapes de l'assouplissement du confinement jusqu'à janvier

CARTE - Confinement : regardez jusqu’où vous pourrez sortir autour de chez vous dès le 28 novembre

"Koh-Lanta" : avant la finale, qui remporte le match des réseaux sociaux ?

"Cessons de dire des bêtises" : taxé de racisme après sa parodie d’Aya Nakamura, Omar Sy se défend

Lire et commenter