Watch Dogs Legion : quand l’intelligence artificielle s’invite dans le jeu vidéo

High-tech

Toute L'info sur

Jusqu'où ira l'intelligence artificielle ?

À CHACUN SON HISTOIRE - Dévoilé au salon E3 du jeu vidéo, Watch Dogs Legion va proposer une approche différente. Dans le prochain titre d’Ubisoft, vous pourrez incarner n’importe quel personnage croisé dans le jeu. Une prouesse technologique grâce à l’intervention d’une forme d’intelligence artificielle entraînée à jouer les dieux virtuels. Et une nouvelle ère qui s’ouvre pour le jeu vidéo.

Manette en main, j’entre dans le pub, avec ma veste en jean déchirée et ma coupe rasta. Je vais m’adresser à ce chauve adossé au mur réticent à ma présence. Il me raconte que le gouvernement a piraté ses données, me demande si je peux aller les effacer. J’y cours. En jetant un coup d’œil à l’écran sur ma droite, la même scène, mais les protagonistes sont différents. Mon héroïne rebelle est devenue, chez mon voisin de console, un vieux monsieur à redingote au style bien britannique. Il s’en va, lui aussi, alpaguer la personne adossée au mur mais c’est cette fois un jeune geek. Et pourtant, il va ensuite se rendre, comme moi, à New Scotland Yard pour récupérer des données dérobées mais moins sulfureuses.


Bienvenue dans Watch Dogs Legion, troisième épisode de la franchise initiée par Ubisoft en 2014. Ce jeu d'action-aventure et infiltration met en scène des anti-héros hackers. Aiden Pierce, le premier, était un solitaire errant dans Chicago. Marcus appartenait à un groupe d’activistes nommé DedSec sévissant dans la région de San Francisco. Le troisième héros… eh bien, en fait, il sera celui que vous voudrez. Et même ceux que vous voudrez. Car la spécificité de ce Watch Dogs Legion présenté au dernier salon E3 du jeu vidéo à Los Angeles est bien de vous permettre de jouer plusieurs personnages à la fois. Et même n’importe lequel dans le jeu.

Jouer n’importe quel personnage de l’écran

Dans ce Londres futuriste, en pleine crise économique et sociétale, les habitants errent aux quatre coins de l’écran. Vous pouvez tenter de les recruter en scrutant leur profil, puis les jouer à tour de rôle. Avec un objectif simple : former une rébellion pour mettre à mal un régime autoritaire naissant où des groupes militaires privés ont pris le pouvoir. "Londres est une ville avec une forte diversité culturelle, on y parle plus de 200 langues et langages différents. C’était une évidence d’y faire un jeu où l’on pourrait y jouer n’importe qui", nous explique Clint Hocking, directeur créatif de Watch Dogs Legion. Quelque chose d'inédit même pour l'équipe d'Ubisoft Toronto en charge de l'opus.


"Nous avons beaucoup investi dans la technologie pour y parvenir", reconnaît Clint Hocking. "Nos programmeurs sont des experts dans leurs domaines. Nous avons recruté les bons animateurs, les bons scénaristes et les bons concepteurs narratifs pour y parvenir. Et au centre du jeu, il y a une base de données hallucinante qui permet non seulement de choisir au hasard des chapeaux, des noms ou des métiers mais aussi de générer des caractères cohérents avec l’environnement ou la situation."

Et l’intelligence artificielle s’est implantée en plein cœur de ce Watch Dogs Legion pour pouvoir donner vie à des milliers de personnages habituellement non jouables devenus vos héros potentiels. "Quand vous croisez un éboueur dans la rue à Westminster [quartier chic de Londres, ndlr], vous pouvez vérifier son profil. Vous aurez un horaire cohérent de travail, son salaire indiqué et comprendrez donc qu’il vit dans un quartier différent. L’IA génère aussi des passe-temps aux personnages, ce qui pourra avoir un impact dans des missions que vous leur assignerez. Car leurs compétences seront spécifiques à leur profil", explique l’ancien scénariste de Splinter Cell.

"La chose la plus ambitieuse que nous ayons essayé de faire”

Si l’IA est capable de créer des personnages différents, elle gère aussi les différences culturelles et le passé de chacun. "Selon la partie de la ville où vous allez, les cultures sont différentes, les gens qui se côtoient ont des relations cohérentes, selon l’heure, les circonstances", ajoute-t-il. "C’est ça la force de ce jeu, ce qui fait qu’aucune partie ne sera la même. Car vous n’aurez pas les mêmes personnages au début et n’aurez pas envie de recruter les mêmes profils."

Au cours de notre prise en main du jeu de 45 minutes, nous avons également pu recruter une petite mamie qui ne payait pas de mine et s'est avérée une as de l’infiltration -certes un peu lente sur ses jambes-, un skinhead expert en robotique… Et les autres recrues potentielles foisonnaient autour de nous dans une magnifique capitale anglaise de nuit. Mais n'allez pas croire que confier les clés d’un blockbuster pareil à une IA suffit. Cela demande encore plus de travail en amont. "Je pense que c’est la chose la plus ambitieuse que nous ayons essayée de faire", précise-t-il. "Pendant longtemps, on a cru qu’on n’y arriverait pas. Ce n’est que très récemment que toutes les pièces se sont assemblées et que cela a été rendu possible".


Que ce soit pour les cinématiques, les interactions avec des personnages que vous croiserez lors de vos missions, il a fallu envisager toutes les solutions. "Vous serez un homme ou une femme, avec une gestuelle particulière ou pas selon votre tempérament. Votre interlocuteur réagira en fonction. Tout cela nécessite d’enregistrer des voix différentes pour tous les styles de personnages, d’avoir des animations à l’écran qui vont différer selon les situations, des performances différentes. Il fallait donc plusieurs scripts," résume Clint Hocking.

L’IA et le cloud, l’avenir du jeu vidéo ?

Mais le recours à l’IA est aussi une nouvelle philosophie chez Ubisoft. "L’utilisation de l’IA au moment de la création va aussi nous aider à améliorer nos univers et la simulation", explique Dominic Butler, en charge des projets éditoriaux technologiques chez Ubisoft. "Cela permet d’éviter des bugs en amont, améliore la finition et l’immersion. L’apport du cloud computing [les calculs sont faits par des ordinateurs positionnés sur des serveurs lointains, ndlr] est énorme pour la création de jeu. Cette puissance à disposition va beaucoup apporter pour les graphismes, avoir des mondes ouverts plus riches et engageants pour les joueurs. On veut des jeux qui proposent 1.000 expériences et où le joueur se sent totalement acteur et impliqué, avec encore plus d’opportunités." Le Londres dynamique et grouillant que nous avons pu apercevoir dans Watch Dogs Legion en est une première esquisse assez impressionnante.


Pour se balader et recruter, il faudra encore attendre. Le jeu ne sera disponible qu’en mars 2020. Et avec les progrès à grande vitesse de la technologie et le développement du cloud, il n'est même pas sûr que ce Watch Dogs Legion ne nous réserve pas d'autres surprises. On aura aussi le temps de comprendre si la magie de l'IA ne s'appliquera qu'à Google Stadia et son cloud gaming ou aux versions consoles.


WATCH DOGS LEGION - Un jeu Ubisoft disponible le 6 mars 2020 sur PS4, Xbox One, PC et Google Stadia

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter