Watch_Dogs 2 : une plongée dans la culture des hackers

DirectLCI
JEU VIDEO – Deux ans après la sortie de Watch_Dogs, Ubisoft offre un nouvel épisode à sa saga de hackers. Le héros vengeur laisse sa place à un gang d'hacktivistes qui veulent libérer San Francisco du joug d'un "Big Brother" fictif (mais pas totalement). Ou quand la technologie devient plus angoissante que jamais.

Piratage de Yahoo, vols de données sur les réseaux sociaux, coordonnées dévoilées sur le net… Lorsque l'on parle de piratage (ou hacking en anglais), c'est généralement pour n'en voir que le côté obscur. Les hackers traînent souvent une sale réputation de pirates du net, prompts à bloquer vos ordinateurs, mettre à mal les systèmes des plus grandes firmes, en essayant parfois de vous soutirer de l'argent. Et pourtant, ce n'est qu'une (mauvaise) partie de cet iceberg qui préfère rester immergée dans les limbes du net.  

 

Car, dans les pas des Anonymous, ces hackers masqués qui veulent rétablir la vérité et disent agir au nom de la liberté (d'expression) avant tout, il existe des pirates positifs, des "hacktivistes" qui veulent dénoncer l'omnipotence de certains systèmes. C'est à eux que la franchise de jeux vidéo Watch_Dogs veut rendre hommage. "On essaie de réhabiliter les hackers car ce sont les seuls, dans un monde devenu trop complexe à cause de la technologie, à pouvoir nous aider à éviter les pièges et à comprendre la société 2.0", explique Thomas Geffroyd, directeur du contenu Watch_Dogs chez Ubisoft. "On veut présenter la diversité de la culture hacker. On ne cherche pas à créer une image d’Epinal qui serait fausse, mais à réconcilier la population et les hackers après 30 ans d'image médiatique catastrophique." 

La Silicon Valley, évidemment !

Adieu la noirceur de Chicago, bonjour le soleil de San Francisco. Deux ans après le premier épisode, Watch_Dogs 2 change du tout au tout. Si le premier opus mettait en scène Aidan Pearce, hackeur solitaire lancé dans une revanche toute personnelle contre un système informatisé, la suite s'est trouvé un héros plus moderne : Marcus Holloway, jeune pirate au style streetwear, au vocabulaire fleuri et entouré d'une bande. La baie californienne, centre mondial de la toute puissance technologique, était un terrain de jeu évident. "Watch_Dogs traite de technologie. Toute la technologie vient de la Silicon Valley", souligne Thomas Geffroyd. "On voulait baigner dans le soleil, changer de ton et d'approche. On se rapproche davantage d'une jeunesse qui veut changer le monde. San Francisco, dans ce cadre-là, était un cadre idéal pour nous." 

 

 

Vous voici donc aux commandes de Marcus et ses comparses du DedSec, un groupe de hackers qui veut venir à bout de Blume, une entreprise contrôlant la ville grâce à un vaste système de caméras et de récupération de données. Blume manipule les grandes compagnies de la Silicon Valley pour avoir ainsi la mainmise sur toutes les données du monde. "C’est totalement fictif mais largement inspiré…", s'amuse le directeur créatif de la marque. 

Des bons et des mauvais hackers

Au fil du jeu, Marcus va remplir des missions qui consisteront à pirater tout ce qu'il peut pour progresser et emmagasiner un maximum de followers afin d'améliorer la réputation de DedSec. Pour parvenir à ses fins, il est équipé pour écouter les conversations des passants, récupérer des infos sur chacun d'entre eux et même se payer le luxe de quelques virements sur son compte. Et, nouveauté de ce Watch_Dogs 2, il a avec lui des drones pour accéder à n'importe quel endroit. Le tout sans jamais la moindre mauvaise pensée, même quand il s'immisce illégalement dans un bâtiment. "Les moyens utilisés dans le jeu peuvent être un peu plus tendancieux que la réalité, mais c'est parce qu'on fait des jeux vidéo et qu'on veut que les gens s'amusent", se justifie Thomas Geffroyd. 


Loin d'Ubisoft de ne donner qu'une image idyllique des hackers. DedSec a son pendant noir : Prime Eight, des hackers travaillant seulement pour le profit, pour n’importe qui, en faisant n’importe quoi. 

Créer des vocations grâce au jeu

Après sept années auprès de la communauté hacker pour mieux la comprendre, Ubisoft parle d'eux avec beaucoup de recul et une bonne dose d'affection. "Le hacker a toujours cette curiosité d'aller là où il ne devrait pas, de faire des choses saugrenues ou dangereuses. C’est un être curieux, d’apprentissage, qui veut que l’information circule", résume Thomas Geffroyd. "Celui qui fait du chantage, vole des données informatiques ne fait pas partie de notre définition. Nous, on veut être dans le côté positif et humain du piratage." 

 

Ne pas être dans l'hagiographie du hacker ni dans le dénigrement. Car pour le responsable de la marque, Watch_Dogs 2 a aussi un rôle important à jouer : "L'utilisation qui est faite actuellement des données personnelles dans le monde est dangereuses. Le capitalisme de surveillance a donné naissance à un très vaste marché de collecte des données disponibles qui sont revendues au plus offrant. Il faut qu'il y ait plus de hackers éthiques, plus de gens qui prennent le contrôle de la technologique, qui comprennent ce qu'il y a dans leur smartphone et les risques qui vont avec. Si Watch_Dogs peut aider à créer ce genre de vocation ? On l'espère !"

Notre avis :

Changement radical entre les deux épisodes de Watch_Dogs, entre un premier plus sombre et un second où la ville de San Francisco est lumineuse. Ubisoft voulait montrer, entre les deux, toute la large palette de la culture hacker, c'est plutôt réussi. On se plaît toujours autant à pirater tout ce que l'on veut, dans un monde où toute notion de confidentialité ou vie privée est un leurre. Le prix de la modernité connectée ! Marcus et ses potes sont haut en couleurs, parfois trop, mais, au final, manquent un peu d'épaisseur. Pas grave, on relookera selon envie notre bon Marcus en version moins "gangsta" qui se prête mieux aux charmes de la somptueuse reconstitution de la ville techno-bobo par excellence. Rien de cela ne vient jamais gâcher notre plaisir de multiplier les piratages, d'enchaîner les balades dans les rues sinueuses comme les missions vers Sausalito, de dépasser le célèbre Golden Gate Bridge aux commandes de notre voilier avant d'infiltrer un bâtiment sécurisé. Il y en a pour tous les goûts et tous les piratages. Alors n'hésitez pas à aller jouer de votre smartphone ! 


WATCH_DOGS 2 - Un jeu Ubisoft disponible sur PS4, Xbox One et PC - PEGI 18

En vidéo

PixLCI : Dans le peau des hackers de San Francisco

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter