90 secondes pour voir la jeunesse des banlieues autrement

High-tech
DirectLCI
TALENTS - Avoir un autre regard sur la jeunesse et sur sa vision de la société : c'est le but de l'opération "Toi-Même tu filmes". A travers des oeuvres de 90 secondes, 800 jeunes ont pu laisser s'exprimer leur esprit critique et positif face aux discours de haine et aux clichés. YouTube a honoré, lundi, les meilleurs d'entre eux.

Ils viennent de Clichy-sous-Bois, Paris, Roubaix ou Marseille. Durant près de quatre mois, ils ont soumis à YouTube et Génération Numérique – une association spécialisée dans les problématiques liées aux usages numériques- leur vision de cette société qui les entoure chaque jour. L'occasion pour eux d'aiguiser leur sens critique face aux images, d'être acteurs et non spectateurs, d'être dans l'analyse et l'éducation face aux médias. Durant 46 étapes de deux jours à travers la France et la Belgique, l'opération "Toi-même Tu Filmes" (#TMTF) a donné l'occasion à 800 jeunes encadrés par des structures locales (maisons de quartier, MJC, associations de jeunesse) de s'exprimer.


Il en est ressorti près de 200 films, de courts regards de 90 secondes sur le monde et leur quotidien (à découvrir sur YouTube sous le mot-clé #TMTF). YouTube a choisi, lundi, d'en honorer plusieurs, sélectionné par un jury d'experts de la vidéo parmi lesquels l'acteur Jamel Debbouze et les rappeurs BigFlo & Oli. Les vainqueurs du Grand Prix remportent également une formation au YouTube Space de Los Angeles.


YouTube a d'ores et déjà prévu d'organiser une seconde édition l'an prochain.

Le palmarès Toi-Même Tu Filmes 2016 :

Grand Prix du jury

◦ Tu as quoi de plus que moi ?- de Melvin, Eve, Amir, Moussa, Etane et Malik (Grigny)

Ce film tente de rappeler à chacun ce qui compte vraiment, de mettre en avant ce qui nous lie, plutôt que ce qui nous sépare. Les auteurs et acteurs ont voulu que ce film soit une question posée à chacun sur ses origines, ses croyances et ses acquis.

Prix Jeunesse du jury - Films réalisés par les structures jeunesse

◦ Les clés - de Zubair, Mehdi et Mohamed (Mantes-la-Jolie)

Un parking sombre, un homme est en position vulnérable, deux "jeunes de banlieue" se ruent vers lui… Au-delà des clichés, un récit de solidarité et de fraternité. Le film veut dénoncer les préjugés sur la banlieue, rappeler à ceux qui y vivent leur grande richesse, et "recoller les fractures de notre société".

Prix du public

◦ Main-tenant - de Moustapha, Ismaa, Provence, Simba, Joël, Rahim et Tassline (Roubaix)

Une main, des mains, qui ensemble se touchent, se soutiennent, s’entraident. Une métaphore de ce que nous pouvons faire tous les jours.

◦ Je ne suis pas celle que vous croyez – de Chaïma, Nawel, Rizlaine, Anaïs, Siham et Salma (Lille)

Les femmes sont pleines d’ambition. Qu’elles soient voilées ou non, elles sont libres d’assumer leur choix. Le film retrace les parcours professionnels et personnels remarquables de plusieurs d'entre elles.

◦ Tu as quoi de plus que moi ? - de Melvin, Eve, Amir, Moussa, Etane et Malik (Grigny)


◦ Vivre ensemble – de Mariame, Bintou, Hasse et Houssein (Mantes-la-Jolie)

Une ode à la fraternité et au vivre-ensemble. Ce film tourné au lendemain de  l'attentat du 14 juillet à Nice se veut un hommage aux victimes et une marque de solidarité.

◦ Un bras qui a des bras – de Seymour (Paris)

Comment une bande de "germophobes" dans un métro, se transforment en un groupe de "fraternophiles". Ce film parle des gens qui, par de "petits gestes, font la différence". 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter