YouTube supprime plusieurs vidéos en lien avec l'attentat de Charlie Hebdo

High-tech

INTERNET – Le patron de Google France a confirmé que la société avait supprimé plusieurs vidéos diffusées sur le site de sa filiale YouTube. Sans préciser lesquelles, il affirme toutefois l'avoir fait de manière automatique, mais également à la demande des autorités.

Plusieurs vidéos "illégales" en lien avec les attentats supprimées de YouTube. C'est le patron de Google France, Nick Leeder, qui en a fait l'annonce sur France Info ce mardi 13 janvier. Une opération effectuée à la demande des autorités françaises.

"On a eu quelques demandes ce week-end" de la part des autorités françaises pour "supprimer des vidéos illégales liées aux attentats contre Charlie Hebdo et la supérette casher, expliquait-il. On a supprimé les vidéos le plus rapidement possible". Nick Leeder n'a cependant pas précisé celles dont il était question.

Equilibre entre surveillance et liberté d'expression

"On travaille toujours avec les forces publiques concernant la sécurité, et un dispositif a été mis en place pour les aider la semaine dernière", a-t-il précisé. Ce procédé était spécifique à la situation : "Nous avons notre propre politique de contrôle des contenus", mais, ce week-end, "on a reçu des demandes précises sur des vidéos qui sont illégales, et lorsqu'on reçoit ce genre de demandes, on supprime", a-t-il expliqué.

Mais pour Google, l'essentiel est de "trouver le bon équilibre entre la surveillance pour la protection des gens, et la liberté d'expression. Le débat commence en France, nous verrons s'il y a des changements et s'il y a un changement dans la loi, nous la suivrons".

Ce débat a souvent eu lieu en France sur les réseaux sociaux d'origine américaine. La législation américaine sur la liberté d'expression étant plus permissive qu'en France, Facebook ou Twitter ont souvent mis du temps prendre la mesure de certains propos. C'était notamment le cas sur Twitter où le hashtag #UnBonJuif avait fait scandale en 2012.


EN SAVOIR + 

Charlie Hebdo : le n° 1178 déjà revendu sur Internet… jusqu'à 100 000 euros !
Liberté d'expression : les géants du Web peuvent-ils afficher leur solidarité à Charlie Hebdo ?
Charlie Hebdo : 78% des Français considèrent que la liberté d'expression est menacée "#UnBonJuif ", le mot-clé qui enflamme Twitter

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter