Crédit immobilier : les taux "incroyables" s'installent, c'est le moment de faire jouer la concurrence entre les banques

Immobilier

LOGEMENT - L'année 2019 a bien commencé pour les emprunteurs. Les taux d'intérêt (1,55% en moyenne sur 20 ans début mars) sont encore plus bas que lors des records d'il y a deux ans et les négociations avec les banquiers aboutissent à des "taux incroyables", selon l'Observatoire du crédit immobilier présenté ce mardi par Meilleurtaux.com.

C'est le moment de s'endetter. Entre des taux de crédit inédits et la volonté des banques de capter de nouveaux clients, l'année 2019 a commencé en trombe sur le plan immobilier. La situation actuelle pousse en effet les emprunteurs à se lancer dans une première acquisition ou à revendre pour acheter plus grand... tout en baissant leur taux d'emprunt.

"Avec un taux fixe affiché à 1% (hors assurance) sur 20 ans pour les excellents dossiers, nous sommes dans une situation absolument exceptionnelle", a assuré le président de Meilleurtaux.com, lors de la présentation de son dernier Observatoire du crédit immobilier, ce mardi 19 mars. Voici les moyennes actuelles et ce qu'elles impliquent pour les emprunteurs :

Lire aussi

Une nouvelle chute des taux

En raison des décisions successives de la Banque centrale européenne (BCE) de reporter à plus tard une éventuelle remontée de ses taux d'intérêt, les taux de crédit immobilier -que l'on croyait déjà au plus bas depuis plus de deux ans- viennent de baisser encore d'un cran au premier trimestre. Au sein du réseau de courtage, au début du mois de mars, ils s'affichaient en moyenne à 1,55% sur 20 ans et 1,75% sur 25 ans. Les records d'octobre 2016 (1,60% sur 20 ans et 1,90% sur 25 ans) ont ainsi été battus.

L'Observatoire crédit logement/CSA a récemment fait le même constat, avec un taux qui s'est établi en février à 1,44% en moyenne toutes durées confondues (contre 1,45% en janvier). Tenant compte de l'inflation actuelle de 1,3% sur un an en février, le taux réel est donc quasiment nul. 

A quoi faut-il s'attendre pour les mois à venir ? A l'horizon 2019, les taux ne devraient pas remonter, pressent Meilleurtaux.com. La BCE a en effet confirmé début mars son intention de poursuivre sa politique de taux bas pour toute l'année. Reste à savoir si l’Obligation assimilable du Trésor à dix ans (OAT), une mesure qui sert de référence pour le calcul des taux immobiliers, continuera, elle aussi, de reculer (0,47% mi-mars contre 0,53% mi-février ou 0,62% mi-janvier, par exemple).  

La durée des prêts s'allonge

Le coût du crédit ayant diminué du fait de la baisse des taux d'intérêt, les emprunteurs s'orientent désormais davantage vers des crédits à long terme. "Ils ne sont ainsi que 10% à se positionner sur des prêts de 10 à 14 ans ; 19% de 15 à 19 ans ; 27% de 20 à 24 ans alors que 37% optent pour des crédits sur 25 ans. Du jamais vu", observe la directrice de la communication de Meilleurtaux, Maël Bernier.

S'endetter sur plus longtemps permet en effet d'augmenter la capacité d'emprunt ou de baisser le montant des mensualités de remboursement. Certains acquéreurs pourtant éligibles à un financement sur 20 ans privilégient ainsi une durée de 25 ans. Un choix qui leur permet de conserver des moyens financiers plus élevés pour leurs autres dépenses, voire de placer les économies dégagées pour bénéficier d'un effet de levier.  

Des marges de négociation importantes

Les établissements prêteurs semblent en outre être prêts à faire des efforts considérables pour baisser les taux. "Les négociations en cours sont incroyables", avance Hervé Hatt. Et pour cause,"les banques ont des objectifs commerciaux aussi élevés que l'année dernière [...] C'est le seul moyen pour elles de conquérir leur nouvelle clientèle et de la capter pour l'équiper ensuite sur le long terme", explique le président de Meilleurtaux.com.

A noter toutefois que les conditions d'octroi restent inchangées. Autrement dit, les dossiers des personnes ayant notamment des revenus réguliers et de l'épargne seront en haut de la pile.

Lire et commenter