Municipales : le palmarès des villes où vous pouvez acheter plus grand qu'en 2014

Municipales : le palmarès des villes où vous pouvez acheter plus grand qu'en 2014
Immobilier

PARADOXE - Depuis les élections municipales de 2014, le pouvoir d'achat immobilier s'est amélioré dans de nombreuses communes, grâce à la baisse des taux qui compense largement la hausse des prix. Il y a cependant des exceptions, selon Meilleurs Agents, qui détaille ce lundi les évolutions pour les principales grandes villes.

D'une élection municipale à l'autre, la taille des logements à portée de bourse des ménages a-t-elle vraiment rétréci au fur et à mesure que les prix bondissaient ? La hausse du prix du mètre carré à l'échelle nationale (en moyenne 4,1%, avec de fortes disparités locales) depuis les dernières élections municipales de mars 2014 pourrait en effet laisser croire à un rétrécissement des surfaces auxquelles les acheteurs potentiels peuvent financièrement prétendre. Mais ce serait sans compter sur les niveaux extrêmement bas des taux d'intérêt des crédits actuels (1,13% aujourd'hui contre 3,04% il y a six ans, toutes durées confondues, selon l'Observatoire Crédit Logement/CSA) ni sur l'évolution des revenus des Français.

Or, en considérant tous ces paramètres, "contrairement à ce que cette pression haussière sur les prix pourrait laisser supposer, le pouvoir d'achat immobilier est loin d'avoir reculé pendant cette période", analyse Meilleurs Agents ce lundi 2 mars 2020. Dans son baromètre mensuel, le spécialiste de l'estimation des prix immobiliers se penche sur les principales grandes villes françaises, dont nous reproduisons le tableau ci-dessous. 

Le pouvoir d'achat immobilier a ainsi bel et bien augmenté dans des villes comme Aix-en-Provence (+9 m² pour atteindre désormais 49 m²), Lille (+5 m², pour atteindre 53 m²) ou Villeurbanne (+4 m², pour atteindre 52 m²). Et ce malgré le fait que les prix moyens du mètre carré se sont pourtant renchéris en six ans de respectivement 7,5%, 17,9% et 18,7%. 

À noter que dans les localités où le prix du mètre carré a au contraire baissé, le pouvoir d'achat s'est en toute logique envolé : par exemple +51 m² (pour atteindre 147 m²) à Saint-Etienne où le mètre carré a perdu en moyenne environ 10% en six ans, malgré la récente remontée des prix (voir vidéo ci-dessous).

En vidéo

L'immobilier ancien, une bonne affaire à Saint-Étienne

Lire aussi

En revanche, dans les communes où les prix ont "littéralement explosé depuis les élections de 2014", le coût du crédit désormais réduit ne suffit pas à compenser totalement l'envolée. Ainsi les acquéreurs de Lyon, où le mètre carré a augmenté de 38,6%, perdent en moyenne 3 m² (pour atteindre désormais 43 m²).  La perte se limite à 1 m² à Rennes (pour atteindre 56 m²)  ou Bordeaux (45 m²), où les prix on augmenté de tout de même respectivement de 32,9% et 37,3%. 

Qui de Paris, où le prix moyen dépasse désormais les 10.500 euros/m², en hausse de 29% depuis les dernières municipales ? Le pouvoir d'achat immobilier n'y a en fait pas bougé : il est toujours de 24 m2.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent