L'immobilier résiste au climat morose : 30% des Français envisagent d'acheter et/ou vendre un bien en 2019

Immobilier

EXCLUSIF - Selon une étude Ifop/Nestenn que nous vous dévoilons ce mercredi matin, le contexte économique et politique perçu comme détérioré par 70% des Français ne les empêche pas de croire en la pierre. 30% des sondés comptent ainsi réaliser un projet immobilier cette année.

La pierre rassure. En dépit de l'impression généralisée de morosité, près d'un tiers de la population a l'intention de mener à bien un projet immobilier dans l'année. C'est en tout cas ce qui ressort de l'étude* réalisée par l'Ifop pour le groupe d'agences immobilières Nestenn et dévoilée ce mercredi 27 février par LCI.

Selon cette enquête, 70% des Français considèrent en effet que la situation économique et politique s'est détériorée au cours des deux dernières années. Et 71% ne se disent pas non plus confiants vis-à-vis de l'avenir. Un pessimisme qui se traduit par l'impression, pour 56% des personnes interrogées, que ce contexte a eu un impact plutôt négatif sur le marché immobilier. Mais cela ne les empêche cependant pas de voir la pierre d'un bon œil : 58% des sondés considèrent en effet qu'il serait intéressant d'acquérir un bien cette année.

Lire aussi

"Ces chiffres plutôt positifs montrent que les Français gardent le moral même s'ils sont critiques à l'égard de la politique du gouvernement. Ceux qui cherchent à investir estiment que l'immobilier reste une valeur sûre comparée aux marchés boursiers plus volatils, ou même les fonds les plus solides peuvent décrocher ou remonter sans prévenir", analyse Olivier Alonso, président de Nestenn, interrogé par LCI. "L'immobilier demeure pour bon nombre de Français le projet de toute une vie, permettant de se constituer un patrimoine sur le long terme, qui pourra être transmis aux générations futures", ajoute-t-il.

Les perspectives pour 2019 communiquées en début d'année par MeilleursAgents (et portant uniquement sur l'ancien) font d'ailleurs état d'une bonne dynamique du marché immobilier -même si elle pourrait être un peu moins forte qu'en 2017 et 2018, deux années marquées par un nombre record de transactions frôlant le million.

La baisse du pouvoir d'achat, principal frein pour 45% des Français

De nombreux freins subsistent cependant, à commencer par la baisse du pouvoir d'achat (citée en premier par 45% des Français), le niveau des taxes demandées aux propriétaires (premier frein pour 18% des sondés) ou, décidément, l'incertitude sur le contexte politico-économique du pays (premier frein pour 12% des sondés).

La difficulté pour trouver un crédit n'arrive quant à elle qu'en quatrième place (citée en premier par 11% des sondés). Le contexte des taux bas joue en effet en faveur des emprunteurs, analysait également MeilleursAgents en début d'année. En janvier, ils se situaient en moyenne à 1,80% sur 25 ans, rapporte pour sa part le courtier Meilleurtaux.com, tout en estimant qu'ils devraient rester sous la barre des 2% jusqu'au printemps au moins.

En vidéo

Immobilier : emprunter sans apport, c'est possible !

25% des Français comptent acheter un bien dans l'année, 17% vendre

Finalement, quand il s'agit de se projeter véritablement à court terme, 30% des Français répondent encore présents. Ceux-ci envisagent en effet de réaliser un projet immobilier au cours de 2019. Il s'agit d'une intention d'achat pour 25% et d'une intention de vente pour 17% (une partie prévoyant donc de vendre un logement et d'en acquérir un nouveau). A noter que, tous projets confondus, les moins de 35 ans (45%) et les CSP+ (49%) sont surreprésentés.

"Dans notre réseau s'agence, en ce début d'année, la demande est toujours assez soutenue dans les grandes villes du côté des acheteurs. En revanche, les biens à vendre se font plus rares", prévient Olivier Alonso. Un déséquilibre entre l'offre et la demande susceptible d'accentuer la tension du marché. "Nous voyons également arriver de nouveaux profils d'investisseurs : la recherche d'un bien à acheter qui sera ensuite loué vide se raréfie au profit de logements destinés à être loués meublés, pour des courtes durées ou encore à des jeunes adultes en colocation, déjà entrés dans le monde du travail et célibataires", précise encore le président de Nestenn. 

*Etude Ifop/Nestenn réalisée sur un échantillon de 1002 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, interrogé par questionnaire auto-administré en ligne du 24 au 25 janvier 2019. La représentativité de l'échantillon a été assurée par la méthode des quotas (sexe, âge, profession de l'interviewé) après stratification par région et catégorie d'agglomération.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter