Immobilier : les grands ensembles des années 1970 ont la cote

Immobilier : les grands ensembles des années 1970 ont la cote
Immobilier

LOGEMENT - Alors que les logements sont de plus en plus petits en France, notamment en Île-de-France, les grands ensembles, souvent dénigrés après leur construction dans les années 1970, bénéficient d'un nouvel attrait avec, pour certains, des superficies conséquentes et des espaces très bien pensés.

Et si les grands ensembles revenaient en grâce ? Développés pour résoudre la crise du logement entre les années 1950 et les années 1970, ces grands ensembles ont parfois donné lieu à des créations remarquables d'architectes, comme en banlieue nord de Paris, dans le quartier de la Maladrerie, à Aubervilliers, en Seine-Saint-Denis, où un millier de logements sociaux ont été construits sur les plans de Renée Gailhoustet, qui voulait une cité massivement végétalisée.

Ainsi, en opposition aux grandes tours et barres d'immeubles, détruites au fil des années, ces grands ensembles laissent la place à de nombreux arbres plantés sur chaque terrasse de logement, cachant presque le béton des immeubles. Très loin de l'architecture standardisée des grands programmes collectifs des années 70, les grands ensembles de la Maladrerie sont conçus comme des lofts d'artistes, avec un espace atypique et des volumes généreux, parfois même conçus en duplex.

Lire aussi

Des grandes superficies désormais trop rares

A l'époque de leur construction, les appartements de ces grands ensembles étaient jugés plutôt petits, avec une superficie de 65 mètres carrés pour un trois pièces. Pourtant, ils sont bien plus spacieux que la moyenne de constructions neuves effectuées aujourd'hui. En terme d'espace et de confort, les constructions neuves ont régressé ces dernières années. Avec une moyenne de 71 mètres carrés par appartement, la France est bonne dernière en Europe en terme de superficie.

Toute l'info sur

LE WE 20H

Pour l'architecte urbaniste François Leclercq, interrogé par TF1, ces grands ensembles vont désormais figure d'exceptions et pourraient faire des envieux, notamment en raison des logements de plus en plus petits en France : "On a perdu, grosso modo, dix mètres carrés par logement, par rapport à cette époque. Il faut savoir que la norme française fait qu’on construit des chambres à 9 mètres carrés, placard compris. C’est plus petit qu’une place de parking. Je trouve que la norme de 12-13 mètres carré devrait être le minimum."

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent