Immobilier : les prix montent toujours (mais le nombre de ventes commence à ralentir)

Immobilier
DirectLCI
RYTHME - Les prix de l’immobilier ancien continuent de progresser plus vite que l'inflation. Selon l'indice Notaires-Insee publié ce jeudi, ils ont augmenté de 2,9% sur un an. La dynamique reste pour le moment solide mais des premiers signes de ralentissement en matière de ventes sont cependant observés.

L'immobilier ne perd pas (encore) de sa vigueur. Les prix dans l'ancien (soit la majorité du marché, environ 85% contre 15% pour le neuf) en tout cas, qui continuent de grimper, selon l'indice Notaires-Insee publié ce jeudi  29 novembre. Au troisième trimestre 2018, ils ont ainsi progressé de 2,9% par  rapport au troisième trimestre 2017.  Le nombre de ventes sur l'année écoulée est quant à lui stable : 956.000 appartements ou maisons ont changé de propriétaire entre fin septembre 2017 et fin septembre 2018. Un volume semblable à un an plus tôt. Cette dynamique solide, engagée il y a deux ans, se poursuit donc cette année.


Cette excellente santé du secteur s'explique notamment par des taux de prêts immobiliers extrêmement bas. Par exemple en cette fin novembre, un acheteur avec un très bon dossier emprunte à 1,40% sur 20 ans, selon le baromètre hebdomadaire des taux immobiliers du courtier MeilleurTaux. Quand, dans le même temps, l'inflation est de 2,2% ! Autrement dit, à ce taux, emprunter rapporte de l'argent. 

Des signes de ralentissement du nombre de ventes

Sans savoir à ce stade si le vent est en train de tourner puisque le marché demeure solide, les chiffres des notaires montraient cependant quelques ralentissements du rythme de ventes début octobre. Une observation qui confirme les dernières remontées des principaux réseaux d'agences.


A  Paris en particulier, l'envolée des prix est toujours une réalité mais la hausse commence à ralentir. Elle a dépassé les 6% au troisième trimestre 2018 par rapport au troisième trimestre 2017, contre 7% les trimestres précédents. A l'échelle de l'Ile-de-France, la hausse a aussi ralenti pour s'établir à 3,5% tandis que dans le reste du pays, elle s'est accélérée pour atteindre 2,7%. L'évolution des prix se rééquilibre donc un peu entre la région parisienne et la province. 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter