Immobilier : découvrez le Top 10 des villes où les prix sont montés en flèche en 2018

Immobilier
DirectLCI
HAUSSES - Pessac (+20%), Montreuil (+13,1%) et Limoges (+12,8%) caracolent en tête des communes de plus de 60.000 habitants où les prix des logements anciens ont le plus grimpé en 2018, selon les moyennes dévoilées par Seloger. Voici le top 10 de ce classement.

Les prix de l'immobilier ancien ont continué de progresser en 2018, augmentant en moyenne de 3,5% (3.244 euros le mètre carré, en moyenne) en France sur l'ensemble de l'année, selon le baromètre LPI-SeLoger, présenté ce mardi 8 janvier. Dans certaines localités comme Pessac, Montreuil et Limoges, ces prix ont carrément flambé, à en croire le classement issu de cette étude basée sur les communes de plus de 60.000 habitants et dévoilée par le premier site français de petites annonces immobilières.


Effet tache d'huile de la hausse des prix de l'immobilier dans une commune voisine, dynamisme porté par l'arrivée du Grand Paris ou encore rééquilibrage d'un marché qui s'était endormi... les raisons sont multiples. Retrouvez ci-dessous les dix villes où les prix moyens des logements anciens ont le plus augmenté sur les douze derniers mois, selon Se Loger

Montreuil, le "Brooklyn parisien"

1 - Pessac occupe la première marche du podium avec une hausse moyenne 20% en 2018 et un prix moyen du mètre carré à 3.073 euros. Cette envolée du marché immobilier dans cette ville étudiante, située à 20 minutes du centre de Bordeaux et qui compte environ 60.000 habitants, trouve son origine dans l'essor des prix également observé dans la capitale girondine, où "les ménages aux revenus moyens ont progressivement laissé la place, soit à des ménages aux revenus élevés, soit à des ménages aux revenus très modestes", explique Michel Mouillart, porte-parole du baromètre LPI-SeLoger. Se trouvant dans l’impossibilité d’acheter à Bordeaux même, de nombreux acheteurs se tournent donc vers les communes voisines, faisant ainsi grimper les prix.


2 - Montreuil -105.000 habitants- se place sur la deuxième marche avec une hausse annuelle de 13,1%,en moyenne (5.684 euros/m2). Surnommée le "Brooklyn parisien" par les auteurs de l'étude, cette commune de Seine-Saint-Denis, limitrophe de la capitale, bénéficie de la conjugaison de deux éléments : non seulement le déploiement du Grand Paris mais aussi la venue de très nombreux anciens Parisiens. En toute logique, sous l'effet d'une demande en hausse, les prix ont bondi.


3 - Limoges s'accapare la troisième marche du podium avec une augmentation moyenne de 12,8% sur l'année (1.645 euros/m2). Mais le schéma est radicalement différent de celui de Pessac et Montreuil, puisque les prix dans la préfecture de la Haute-Vienne (133.000 habitants) n'avaient cessé de baisser ces dernières années. "Ils partaient de tellement loin qu’ils ne pouvaient que remonter. Le marché était en état de dépression avancée. À Limoges, le marché immobilier sort donc progressivement de la période de récession dans laquelle il a longtemps été plongé", analyse encore Michel Mouillart.

En vidéo

Prix de l'immobilier : acheter moins grand, mais toujours aussi cher

Voici la suite du classement :

4 - Poitiers (Vienne) : + 11,7% à 2.039 euros/m2

5 - Cherbourg (Manche) : + 11,4% à 1.862 euros/m2

6 - Rennes (Ille-et-Vilaine) : +11,1% à 3.152 euros/m2

7 - Avignon (Vaucluse) : +10,7% à 2.620 euros/m2

8 - La Rochelle (Charente-Maritime) : +10,4% à 3.763 euros/m2

9 - Bordeaux (Gironde) : +10,2% à 4.736 euros/m2

10 - Asnières-sur-Seine (Hauts-de-Seine) : +9,2% à 5.959 euros/m2

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter