Immobilier professionnel : "les centres-villes redeviennent attractifs"

Immobilier professionnel : "les centres-villes redeviennent attractifs"
Immobilier

TENDANCES - Le marché de l’immobilier professionnel est en pleine croissance notamment celui des commerces de proximité. Que ce soit à Paris ou en province, la tendance est porteuse.

A l’instar du marché immobilier des particuliers, celui destiné aux professionnels se porte bien. En 2019, le marché est en croissance avec un retour progressif en grâce des commerces en centre-ville. Si l’immobilier de bureau se tasse, celui des locaux d’activité progresse. Xavier Belvaux, Directeur Business Development chez Orpi Pro fait le point sur le marché parisien, francilien, qui va bénéficier du Grand Paris, et en province.

Quelle est la situation du marché immobilier professionnel d’entreprise en cette fin 2019 ?

Xavier Belvaux : Selon les données qui remontent du réseau Orpi, fort de 1300 points de vente, la situation est encore meilleure en 2019 qu’elle ne l’était en 2018.  Parmi les fondamentaux du marché, nous relevons un tassement de l’immobilier de bureau, mais une forte demande pour les locaux d’activité, les entrepôts et les pieds d’immeuble (cellule commerciale). 

Cette situation résulte d’une inversion de tendance : durant des années, les centres-villes ont été désertés au profit des zones péri-urbaines. Aujourd’hui, on assiste au mouvement opposé, à la revitalisation des centres-villes, ce qui pousse le marché à réagir différemment. Ce mouvement sera durable : si beaucoup de grandes enseignes réinvestissent les cœurs de ville, c’est parce que la demande de la clientèle a évolué. Aujourd’hui, les consommateurs, notamment les plus jeunes, sont écoresponsables. Comme en atteste l’essor du co-working, le travail dans des espaces partagés encourageant l'échange et l'ouverture, ils veulent créer du lien et participer à la vie locale. 

Quelle est la tendance à Paris et en Ile-de-France ? 

XB : Pour l’immobilier de bureau, les investisseurs ont longtemps privilégié Paris, mais les prix sont si hauts et le taux de vacances si bas, qu’ils se tournent vers la proche périphérie. Des départements comme le 91, avec le développement de la zone de Saclay, et le 92, où de nombreuses entreprises ont élu domicile, sont en pleine effervescence. La création du grand Paris va accentuer le mouvement. Dans des villes comme Clichy, on constate déjà des augmentations de prix. Ce phénomène fera progressivement tache d’huile à mesure que le projet du Grand Paris se concrétisera.

Quelle est la situation de l’immobilier d’entreprise en province ?

Egalement porteuse. Les investisseurs s’intéressent aussi aujourd’hui à des villes inférieures à 80.000 habitants. La demande en locaux d’activité est soutenue sur la majorité du territoire. Et notamment dans des villes comme Limoges, Bourges, Montauban, Thionville, Metz, Cap-Breton, etc. Le développement de l’hôtellerie de bureaux est également significatif (minima 40 numéros).

Grâce à la loi Elan qui favorise la revitalisation des centres-villes, la demande pour les locaux situés dans un emplacement de 1re catégorie est également en hausse dans les villes supérieures à 20.000 habitants où les investisseurs peuvent trouver une rentabilité locative allant jusqu’à 10 %. Enfin, hors de la métropole, dans les DOM-TOM, l’immobilier d’entreprise est bien orienté, par exemple en Guyane où l’activité économique est très dynamique pour notre réseau.

Sur le même sujet

Et aussi

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent