Immobilier : vérifiez combien de m² vous auriez en plus (ou en moins) en achetant

Immobilier : vérifiez combien de m² vous auriez en plus (ou en moins) en achetant
Immobilier

INFOGRAPHIE - Pour une même mensualité, on gagne largement en surface en achetant plutôt qu'en louant à Montluçon, Nevers ou Saint-Quentin. Mais c'est l'inverse à Paris, Lyon ou Bayonne. Une étude comparative publiée ce jeudi fait le calcul dans plus de 150 grandes villes. Voici ce qu'il en est pour chacune d'elles.

Faut-il sauter le pas de la propriété ? Le gain éventuel de surface dépend de la ville dans laquelle on habite et de l'état du marché immobilier. Une étude comparative conjointement réalisée par le courtier Vousfinancer et la plateforme d'estimation immobilière Meilleurs Agents, publiée ce jeudi 24 septembre, fait le calcul dans plus de 150 communes de plus de 30.000 habitants (seule Paris est représentée pour l'Ile-de-France). 

En dépit d'un contexte de prix élevés, dans une petite moitié d'entre elles, acheter son logement plutôt que le louer ouvre les portes à davantage de surface pour une même dépense mensuelle (remboursement de crédit ou loyer) selon cette analyse*. A condition d'obtenir un crédit. "Pour cela, il faut avoir un apport personnel de 10 % du montant du bien, une situation professionnelle stable et une mensualité de crédit ne dépassant pas un tiers de son salaire. Bonne nouvelle, les banques privilégient actuellement les acheteurs de résidence principale plutôt que les investisseurs. Et acheter n’est pas plus risqué que louer, car il est possible de faire baisser - voire de suspendre - ses mensualités quelques mois en cas de coup dur, ce qui n'est pas facile avec un loyer", explique Sandrine Allonier, porte-parole de Vousfinancer.

Lire aussi

Où gagne-t-on / où perd-t-on de la surface ?

Retrouvez, ville par ville, les écarts positifs ou négatifs dans le tableau ci-dessous. Si vous ne le visualisez pas, cliquez ici.  

Montluçon et Paris : deux exemples inverses

Prenons deux exemples très contrastés. A Montluçon, un habitant représentatif de la ville (revenu médian annuel de 25.210 euros) peut louer 102 m² ou acheter 168 m² pour en moyenne 693 euros par mois. A Paris, avec une mensualité de 1.147 euros (41.710 euros de revenus annuels), il pourra seulement louer une surface de 40 m² et n'acheter que 23 m². Cette différence de 66 m² en faveur de l'achat à Montluçon s'explique par le fait que le prix moyen du mètre carré y est très faible (870 euros/m²), bien en dessous de la moyenne nationale (2.653 euros/m²). A l'inverse, les prix fous de l'immobilier à Paris (10.593 euros/m²) pèsent tellement lourd que la location fait gagner 17 m².

Ce n'est cependant pas dans la capitale que l'écart est le plus extrême mais à Lyon, avec 33 m² de surface supplémentaire pour une location plutôt qu'un achat. En bas du classement, on retrouve deux grands cas de figure, résument les auteurs de l'étude : "Les villes en périphérie des grandes villes dont les prix de l'immobilier sont élevés : Caluire-et-Cuire (Lyon) / Mérignac /Pessac (Bordeaux) / Marcq-en-Baroeul (Lille). Les villes où il y a beaucoup de résidences secondaires qui tirent les prix de l'immobilier vers le haut et où les loyers sont peu onéreux : Saint-Malo / Anglet / Les Sables d’Olonne/ Six Fours".

En vidéo

La Chronique éco : Prêts immobiliers, de plus en plus de refus

* Méthodologie : dans cette étude, réalisée par Meilleurs Agents et Vousfinancer, sur le nombre de mètres carrés accessibles à l'achat et à la location pour une même mensualité, le calcul prend en compte les conditions locales concernant les tarifs pratiqués et les revenus des habitants en 2019. Soit, pour chaque ville, le revenu médian d'un habitant moyen, sa capacité d'emprunt sur vingt ans avec 10% d'apport et au taux d'intérêt de crédit immobilier moyen actuel de 1,30%. La mensualité ainsi obtenue est ensuite comparée aux loyers et aux prix de vente moyens effectivement pratiqués dans la localité au 1er septembre 2020.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : l'Elysée exclut un confinement généralisé comme au printemps

Appelés à "défendre l’intérêt" du pays, les musulmans de France s’inquiètent d’une surenchère

Le Maroc condamne la publication des caricatures de Mahomet

"Trop risqué", des médecins mettent en garde contre les conséquences d'un éventuel reconfinement

Éventuel "reconfinement" : comment le gouvernement a changé de discours en quelques semaines

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent