Immobilier : les ventes dégringolent, les taux de crédit remontent un peu

Immobilier : les ventes dégringolent, les taux de crédit remontent un peu
Immobilier

VERTIGINEUX - Le volume de transactions immobilières a chuté de 80% pour les appartements et de 81% pour les maisons au début du confinement, selon Century 21. Puis, une fois les ventes en cours tant bien que mal finalisées, le marché s'est carrément arrêté. Quant aux taux de crédit, ils repartent de 0,05 point à la hausse, selon Vousfinancer.

"Un coup d'arrêt inédit" : le marché de l'immobilier connaît une pause sans précédent que Century 21 décrit ainsi dans son dernier bilan. Le réseau de 900 agences en France a publié lundi 6 avril un état des lieux de ses ventes effectuées lors de ce premier trimestre caractérisé par la survenue du confinement lié à la crise du coronavirus. La cassure du 17 mars est telle que deux périodes sont isolées par le spécialiste de l'immobilier :

• Avant le début du confinement, le volume de transactions était en "hausse de 8% pour les appartements et de 10% pour les maisons", par rapport au 1er trimestre 2019. Les prix étaient quant à eux en augmentation de respectivement "2% et 3%".

• Depuis le confinement, le nombre de transactions a "chuté de 81% pour les appartements et 80% pour les maisons". Quelques ventes en cours ont donc malgré tout pu être finalisées dans la deuxième partie du mois de mars. A noter par ailleurs que, pour permettre un fonctionnement minimal du marché, le gouvernement a pris un décret publié samedi 4 avril au Journal officiel permettant de signer une vente à distance auprès d'un notaire. Il n'empêche que, pour Century 21, désormais "le marché est totalement à l'arrêt" et "il n'y a pas pour le moment de mouvement sur les prix".  

Lire aussi

Du côté des établissements de crédit, "les nouvelles demandes ont reculé de 72 % durant les trois semaines de confinement par rapport à la même période en 2019", observe pour sa part ce mardi 7 avril le réseau de courtiers Vousfinancer. L'activité est en effet "actuellement sur pause et l'objectif principal des banques est de faire avancer les dossiers de prêts en cours", précise-t-il tout en rappelant qu'il reste néanmoins toujours possible d'obtenir un crédit... pourvu d'être armé de patience. 

Les taux d'intérêt ne sont en revanche pas figés. Une quinzaine de banques les ont ainsi remontés de façon assez significative en avril dans ce contexte de chute de la demande, observe le courtier : "Ces hausses vont de 0,05% à 0,70 % pour l’une d’entre elles sur les moins bons profils et globalement, la plupart des hausses tournent aux alentours de 0,15 % à 0,25 %". Résultat, le taux moyen augmente finalement de 0,05 point. Et les niveaux moyens observés au sein de ce réseau restent donc encore très bas, à 1,20 % sur 15 ans, 1,40 % sur 20 ans et 1,60 % sur 25 ans. 

En vidéo

Doit-on suspendre le paiement des mensualités des prêts immobiliers ?

Toute l'info sur

Coronavirus : l'impact économique de la pandémie

Baisse de salaire ou du temps de travail : une entreprise peut-elle l’imposer pour traverser la crise ?Coronavirus : l'indemnité gouvernementale pour les travailleurs à domicile prolongée

Quelle tournure prendra ensuite la reprise ? Au sortir du confinement (dont la date n'est pas encore déterminée), à quelle évolution des prix s'attendre ? Seule certitude pour l'heure : les ventes sont bloquées. Et dans ces circonstances exceptionnelles, les prix non plus ne bougent pas. 

"Même si aujourd'hui un vendeur baissait son bien de 50%, et nous ne l’avons pas observé, son bien ne se vendrait pas pour autant !", assure ainsi le président de Century 21, Laurent Vimont. Le marché est en effet comme en suspens, sans que la règle qui veut que les prix diminuent quand la demande baisse ne puisse donc se confirmer ni s'infirmer... du moins dans l'immédiat. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent