Les projets d'achat immobilier sont toujours là mais se verdissent

Les projets d'achat immobilier sont toujours là mais se verdissent
Immobilier

PARENTHÈSE - Selon deux études publiées lundi, loin d'abandonner leurs projets immobiliers, les Français les reportent et en profitent pour changer leurs critères. Le confinement leur donne en effet des envies de calme et de nature.

Les candidats à l'achat d'un bien immobilier restent positifs malgré la crise du Covid-19. C'est en tout cas ce que montre un sondage* dévoilé ce lundi 20 avril par Seloger. "70% d'entre eux restent confiants quant à la concrétisation de leur projet dans les six prochains mois, et pensent le reprendre d'ici l'été", souligne Séverine Amate, porte-parole du site spécialisé dans les petites annonces immobilières.

Un sentiment de confiance d'autant plus notable que l'enquête a été réalisée le 7 avril, avant même que la perspective du déconfinement à partir du 11 mai soit évoquée. L'enquête montre que les Français, qui ont dû mettre leur projet entre parenthèses, "demeurent cependant dans les starting-blocks pour une reprise dès la fin du confinement", souligne la porte-parole.

Une petite majorité d'entre eux (52%) se dit ainsi prête à reprendre son projet à la fin du confinement. Les autres ne comptent pour autant pas repousser leur achat aux calendes grecques : pour 7% ce sera dès le mois de juin, pour 11% pendant l'été, pour 17% en septembre. Seuls 13% comptent repousser l'échéance à l'an prochain.

Finalement, loin d'être abandonnés, les projets sont simplement repoussés. En détails, 39% des futurs acquéreurs interrogés déclarent avoir de toute façon subi un retard dans leurs démarches et 37 % disent l'avoir reporté. Autrement dit, les trois quarts subissent donc un décalage, toujours selon le sondage de SeLoger.

Lire aussi

Une large moitié des Français (57 %) semble profiter de ce contre-temps pour faire évoluer leur projet, selon une autre étude publiée ce lundi par le promoteur immobilier Capelli. Dorénavant, un Français sur trois souhaite que son bien immobilier soit situé au calme et proche de la nature et 17% estiment désormais que la proximité du logement avec le lieu de travail est moins importante. 

"La crise actuelle va certainement modifier en profondeur et durablement les projets immobiliers des Français avec de nouveaux critères d'achat prenant en compte les difficultés vécues durant cette période de confinement. Nous sommes convaincus que leurs choix se porteront sur un mix qui devra allier "habitat idéal" (calme, proche de la nature, ...) et réalité budgétaire et organisationnelle (transports, écoles/universités, ...)", estime Christophe Capelli, le président du groupe.

La plupart des candidats à l'achat estiment qu'ils vont conserver leur pouvoir d'achat

Toute l'info sur

Coronavirus : l'impact économique de la pandémie

#Perriscope n° 23 - "Faire payer les riches", est-ce raisonnable ? Un million de chômeurs en plus en France ? "C'est possible"... mais pas inéluctable

Si les projets ne tombent donc pas à l'eau, c'est surtout parce que la plupart des futurs acquéreurs estiment qu'ils vont conserver leur pouvoir d'achat. Seuls 26% % considèrent en tout cas que leurs finances vont être affectées par la crise et, plus surprenant, 11 % parient sur une amélioration, selon l'étude de SeLoger. Il est en tout cas certain que les Français dépensent moins. Leur consommation a en effet chuté de 35% pendant le confinement, estimait de son côté l'Insee dans une étude publiée le 9 avril. De quoi constituer une épargne qui pourra servir d'apport pour le futur achat immobilier.

* Données issues de l'Observatoire du Moral Immobilier, étude en ligne du Groupe SeLoger réalisée le 7 avril 2020 et redressée par Kantar TNS. Les statistiques concernent 2.652 futurs acquéreurs ayant un projet immobilier dans le neuf ou l'ancien dans les 12 prochains mois.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent