Pourquoi parle-t-on de "poisson" le 1er avril ?

Pourquoi parle-t-on de "poisson" le 1er avril ?

DIS POURQUOI – Le 1er avril, les fans du rire sont à l’honneur. Chaque année, les blagues plus ou moins convaincantes sont conclues par le très célèbre : "poisson d’avriiiil !" Mais en cette journée de la farce, pourquoi invoque-t-on un vertébré aquatique pourvu d’écailles ?

Les faits

Pas un singe, connu pour ses facéties, ou une hyène, célèbre pour son rire diabolique, l’animal de la blague à l’honneur le 1er avril, est… un poisson. En anglais, il s’agit du "April fools day" (le jour des fous d’avril), les Allemands fêtent le "Aprilscherz" (le badinage d’avril), au Portugal on honore le "dias das mentiras" (le jour des mensonges). En France, le principe reste le même : jouer des tours à son entourage. Mais comment expliquer cette étrange coutume du "poisson d’avril" ?

Trois théories

L’origine de cette tradition est un mystère. Et comme pour tout mystère, les hypothèses abondent. Voici cependant trois théories récurrentes chez les chercheurs qui se sont penchés sur la question.

Un changement de date mal négocié
L’hypothèse la plus partagée date de 1564, lorsque Charles IX décréta que le début de l’année aurait lieu le 1er janvier, et non plus le 1er avril pour l’ensemble du royaume de France. Les sujets, habitués à célébrer l’année nouvelle au printemps, ont fini par s’offrir leurs étrennes (l’ancêtre de nos cadeaux de Noël) en hiver.


Mais pour se moquer lâchement de ceux qui n’acceptaient pas ce changement de date, certains ont commencé à offrir de faux cadeaux et à jouer des tours en avril. Le poisson étant un symbole du carême (qui s’achève plus tôt, fin mars), il aurait donc illustré cette coutume absurde de célébrer le début de l’an, trois mois après sa date réelle.

Un glissement de "passion" à "poisson"
D’autres arguent que le "poisson" est une dérive du mot "passion", en référence à la Passion du Christ, ce calvaire vécu par Jésus qui se serait déroulé en avril avant sa mort. Selon le site  France-Pittoresque , Jésus aurait été humilié et tourné en dérision par ses détracteurs, ce qui aurait donné naissance à cette (tout à coup sordide) coutume de se rire des autres.

Le poisson, un animal lourd de significations dans la Bible, serait quant à lui emprunté aux chrétiens qui utilisaient l’ichthus, un acronyme grec pour désigner Jésus. Et (roulement de tambours) ce symbole prend la forme... d’un poisson.

Se moquer des pêcheurs en fin de saison

Une autre théorie répandue voudrait que le poisson soit devenu la coqueluche des farceurs aux dépends des pêcheurs. En fin de saison de pêche, ces matelots revenaient bredouilles et se voyaient offrir du poisson en signe de moquerie pour leur mission caduque.

Certains avancent même que nos aïeuls s’amusaient à cacher de vrais poissons dans les recoins des vêtements – plus amples que nos actuels accoutrements – ce qui, vous l’aurez deviné, finissait par se faire sentir. Cette pratique aurait d’ailleurs donné naissance à notre coutume de glisser discrètement (ou pas) des poissons en papier dans le dos de nos victimes.

Conclusion

Selon les interprétations, de nombreuses théories divergent quant à l'origine de cette tradition originale. Aujourd’hui, la France et l’Italie sont cependant les deux seuls pays à avoir hérité du "poisson d’avril", assortis des traditionnelles farces, dont nous allons tous faire les frais le 1er avril, une fois de plus.

En vidéo

Une deuxième Tour Eiffel pour Marseille, le poisson d'avril de La Provence en 2016

Sur le même sujet

Lire et commenter

LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies. > En savoir plus.