20 histoires qui prouvent que VOUS êtes des super-héros du quotidien

20 histoires qui prouvent que VOUS êtes des super-héros du quotidien

DirectLCI
VOS HISTOIRES - A l'occasion de la journée mondiale de la gentillesse, nous vous avons demandé de nous raconter vos petits actes du quotidien. Vous avez été des centaines à nous envoyer des messages. Sélection.

Ce jeudi 13 novembre, c'était la journée mondiale de la gentillesse. Sur notre page Facebook, nous vous avons demandé de nous raconter vos gentillesses du quotidien et vous avez été nombreux à répondre à notre appel à témoins (merci :)). L'occasion de se rendre compte que certains lecteurs de metronews sont vraiment des héros du quotidien !

 Céline R. "La gentillesse n'est pas une faiblesse"
"Hier, j'ai aidé une dame à la borne de la Poste. Il y a quelques jours, je me suis m'occupée d'un petit chien dont la maîtresse devait aller à la boucherie. C'est tous les jours qu'il faut aider et être gentil. La gentillesse n'est pas une faiblesse, c'est la plus grande des richesses."

 Marie S.M. "J'ai recueilli un petit chien"
 "J'ai recueilli un petit chien dans ma cité qui s'était échappé de chez lui, je l'ai gardé toute la journée en attendant que ses maitres débauchent... il s'est bien amusé avec les miens."

 Corinne B. "Discuter avec une femme seule"
"Tous les jours discute avec une dame seule ça lui fait du bien et à moi aussi."

 Laurent A.G. "Une dame est tombée..."
"Une dame est tombée devant moi sur le parking d'un hôpital. Je suis allé la relever en voyant qu'elle n'y arrivait pas ! Elle m a dit merci. Elle avait des prothèses ! J'ai remercié Dieu de m'avoir mis sur son chemin car il n y avait personne d autre ! La gentillesse est le reflet de l'image que l'on a de soi-même (à méditer)."

 Lydie S. "Un petit vieux avait oublié sa retraite au distributeur"
"Un petit vieux avait oublié toute sa retraite au distributeur. Donc je l'ai prise et je lui ai couru après pour lui rendre. Est-ce que tout le monde l'aurait fait ?"

 Linda L. "Je me suis arrêtée pour faire traverser un hérisson" 

 N'guyen T. "J'ai recueilli un bébé chien"
"Il y a un mois, j'ai recueilli un bébé chien qui avait trois mois et qui était abandonné et malade. Quand je l'ai trouvé, il courait derrière les gens espérant qu'ils l'accueillent. Mais les gens le repoussaient. Il allait se faire écraser par des voitures dans un carrefour donc je l'ai pris et emmené chez le vétérinaire. Je l'ai adopté. Pourtant, j'ai déjà un chien et un petit appartement. Maintenant, il est heureux et nous donne beaucoup de bisous et de câlin". 

À LIRE AUSSI >>  Etre gentil c'est bon pour la santé

 Mélanie C. "Elle était toute seule, alors il me semblait normal de l'aider"
"Pour ma part, c'est quand certaines personnes m'aident à porter ma poussette double dans les escaliers ou pour monter/descendre des transports en commun. C'est peu mais ça aide beaucoup mon quotidien (et mon dos aussi lol). Quand t'es à la caisse, avec ton chariot plein et que tu laisses passer la personne derrière toi qui n'a qu'une brique de lait, c'est toujours appréciable. Dernièrement, j'ai aidé la femme de ménage de notre immeuble à nettoyer les parties communes, suite à la casse d'une bouteille de vin au 3ème étage. Ça avait coulé partout jusqu'à la cave, le long des murs, plafond et sol. Bref, la galère. Elle était toute seule alors il me semblait normal de l'aider."

 Cindy B. "Un monsieur avec la main dans le plâtre est venu au Mac Do"
"Je travaille au Mc Donald's et hier un monsieur avec la main dans le plâtre est venu manger, après l'avoir servi j'ai vu qu'il était embêté pour ouvrir sa bouteille d'eau et sa sauce alors je l'ai aidé et je lui ai débarrassé son plateau a la fin... car si j'avais été dans son cas j'aurais bien voulu qu'on m'aide."

 Kate M. "Atteinte d'un cancer, elle était seule, je l'ai prise sous mon aile"
"Atteinte d'un cancer, cette personne était seule, sans personne à qui parler. Je l'ai prise sous mon aile, je l'ai emmenée en vacances, elle a vu la mer, c'était l'un de ses derniers souhaits car elle devait mourir sous peu d'après les médecins et ils avaient raison. Je l'ai prise deux mois chez moi, c'était la fin, mais elle était heureuse que je sois là et moi aussi. Je lui ai juré que je m'occuperais des ses deux toutous, ce que j'ai fait. Je ne retire que du bonheur de l'avoir fait et du chagrin qu'elle ait dû partir. Mais elle est partie heureuse, ces toutous me rappellent sa mémoire. De la gentillesse ? Je ne crois pas, non, empathie, sûrement, dévotion, humanité, aimer les autres autant que j'aime et défends les animaux."

 Maïté W. "Les gamins n'avaient rien pour déjeuner"
"J'ai connu une famille de sept enfants dont le père s'est retrouvé au chômage. Il avait un crédit sur sa maison et ne voulait pas de dettes. Une amie commune m'a appelée pour me dire que les gamins n'avaient rien pour déjeuner le matin. J'ai rameuté toutes mes copines on leur a fait deux colis de boites de conserves farine, huile, gâteaux. J ai acheté du lait, du chocolat et de la viande. Ils ont eu de quoi finir leur mois."

 Sylvie M. "Il lui manquait trois euros 20 pour faire ses courses"
"Il y a quelques jours j'étais au supermarché près de chez moi, il y avait un papa à qui il manquait 3,20 euros pour faire ses courses. Il a des enfants me suis-je dit, j'ai donné ce qu'il manquait, ce n'est pas un acte extra on n'emportera rien le jour ou on partira."

 Françoise G. "Ce SDF était en larmes"
"Mon fils a mis de côté 10 euros par mois, et, avant Noël, il avait 120 euros, il est allé à Aix-en-Provence a choisi un sans-abri au hasard et il lui a offert dans une carte cadeau. Ce monsieur était en larme et moi aussi. Je pense que son histoire a ému tout le monde, il s'appelle Stephane G. Voila mon histoire que je voulais partager."

 Alexandra D. "Mon fils de cinq ans a donné à un SDF"
"Je suis allée au Quick avec mon enfant de cinq ans. Un SDF avait très faim. Je lui ai acheté un hamburger avec frites, un Coca et un café. Et mon fils a sorti un euro de sa poche et lui a donné. Cela m'a touché."

 Jah Rastafari 
"J'ai lavé les affaires d'un sans-abri, un geste que chaque citoyen devrait faire, car la dignité de l'espèce humaine, c'est aussi l'odeur qu'on dégage."

 Corine B. "Une personne âgée avait dissimulé une barquette de jambon"
"Une personne âgée avait dissimulé sous sa veste une barquette de jambon car elle avait faim. Je lui ai fait des courses. Elle m'a serrée dans ses bras et des larmes coulaient sur sa joue. Ça ne devrait plus exister la faim dans notre pays."

 Michele B."Un vieux monsieur venait de se faire expulser"
"Un vieux monsieur venait de se faire expulser et était sur le trottoir au milieu de quelques meubles brisés et quelques effets personnels. Je lui ai apporté une valise, une trousse de toilette complète, des couverts et quelques denrées alimentaires. Je lui ai conseillé de rassembler les objets auxquels il tenait le plus et de les mettre dans sa valise. Quelques heures plus tard les éboueurs sont passés et ont tout ramassé sauf ce qu'il avait eu le temps de mettre dans sa valise ! La gentillesse est une richesse que nous partageons tous les jours."

 Catherine C. "On ne peut pas laisser cet homme dans la rue"
"Ce matin j'ai pris le car et il s'est avéré qu'une personne est montée bien après moi. Il portait toute la misère sur lui, et avait une très grande difficulté à gravir les marches du car. Il n avait pas assez d'argent pour le transport. Il a été refusé et est donc redescendu. J'ai demandé au chauffeur de le rappeler que l'on ne peut pas laisser cet homme dans la rue. J'ai réglé son transport, afin qu'il puisse prendre le car."

 David G. "Je pense souvent à une dame sans-abri"
"Je pense souvent à une dame sans-abri que je voyais souvent le matin. J'allais lui chercher un café ou un chocolat chaud et un croissant. On ne peut pas aider tout le monde mais si chacun faisait un petit geste, cela peut apporter un grand bien."

 SoulGirl "J'ai demandé à Gloria de dormir à la maison avec bébé David"
"Il y a deux ans mon fils de 10 ans et moi passions non loin de la gare, où nous avons vu des duvets par terre. J'ai pensé à des SDF. En m'avançant un peu, nous avons vu trois famille d'immigrants, une Kosovar avec un petit garçon de 3 ans, une famille dont la maman était enceinte avec deux enfants de 6 et 5 ans, et Gloria, une congolaise de 22 ans avec son bébé de 6 mois. Au début mon réflexe fut de sortir des sous, je n'avais que 20 euros. Je suis restée un moment à discuter avec chacun d'entre eux. Puis, j'ai craqué, et ai demandé a Gloria de dormir à la maison. Je n'ai qu'un petit F3 mais je ne pouvais pas laisser dormir un bébé dehors ! J'ai donné 10 euros a chaque famille leurs promettant de repasser les voir... Je ne savais pas ou cela allait m'emmener.

Le lendemain sur Facebook j'ai créé une chaîne de solidarité. Amis famille, même des gens que je ne connaissais pas ont déposé à la maison des couches et des habits pour le petit David. La solution d'urgence ne suffisait pas. J'ai contacté les autorités dénonçant la situation. Je suis retournée voir les autres familles qui ont été hébergées un temps par des amis. Une forte amitié s'est crée avec Gloria et son petit David. Le 5 juillet on m'a appelée pour me dire qu'un hébergement allait accueillir Gloria... et les autres familles. Nous avons fêté ça ! Elle est partie vivre sur Creil, je l'appelais souvent, mais le temps est passé et on s'est perdues de vue. Il y a quelques mois, j'ai reçu un appel de Gloria. Bébé David marche et commence a parler. Elle était hébergée en Espagne, elle avait ses papiers et était en bonne santé. 

Ce fut pour mon fils et moi une vraie leçon de vie. Aujourd’hui hui nous continuons a donner aux plus démunis, surtout en cette période d'hiver. Un sourire ne coûte rien. Juste du temps, il on eux aussi une histoire."

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter