A 48 ans, un Varois rencontre son père biologique aux Etats-Unis pour la première fois

Insolite

RETROUVAILLES - 48 ans après sa naissance, David Zapata a retrouvé la trace de son père biologique aux Etats-Unis. Le résultat de cinq longues années de recherches et de rebondissements.

"Un conte est vieux dès la première fois qu'il est raconté", dit le proverbe. Il y a pourtant fort à parier que son incroyable histoire, David Zapata ne se lassera jamais de la conter. Agé de 48 ans, ce Varois établi à Saint-Räphael vient en effet de retrouver son père biologique, après cinq années de recherches acharnées. "C'est l'aboutissement d'une recherche de cinq années, en continu, avec pas moins de cinq tests ADN, de généalogistes, des centaines d'e-mail, des appels téléphoniques et des échanges enrichissants avec des passionnés d'une aventure 'cyber-généalogique', détaille t-il auprès de France Bleu.

Car l'histoire de David Zapata, c'est celle d'un petit  garçon né du fruit de la brève relation d'une Vietnamienne et d'un GI américain pendant la guerre du Vietnam en 1968. A peine le temps de pousser ses premiers cris que le petit métis est adopté par une famille française, quittant ainsi sa terre d'origine et ses parents biologiques par la même occasion. S'il affiche dès l'âge de 12 ans le souhait de retrouver ses parents biologique, David clame que ses "vrais parents" restent Suzanne et Michel, ce couple français qui l'a recueilli dans le berceau. 

Voir aussi

Un rêve américain

Néanmois, l'obstination de ce comptable pour découvrir l'identité de ses parents biologiques va l'amener à remonter le fil de ses origines, pas à pas. Notamment en réalisant des tests ADN et en les comparant avec des banques de données disponibles sur le web. "Cela m'a permis d'échanger facilement avec des cousins biologiques, avec lesquels je partageais des ancêtres communs, sur la lignée paternelle," confie-t-il à France Bleu. Au point de tomber sur une cousine, qui est aussi généalogiste, et qui va l'épauler dans ses recherches. 

Le coup de théâtre interviendra au moment où une généalogiste fera le lien entre l'ADN de David, et celui de son cousin, fils d'une soeur de son père biologique. Bingo ! Passée - avec succès - la prise de contact, rendez-vous est pris le 7 mars 2017 par David Zapata avec son père biologique - un certain Kelly Dean Dowden - qui vit à Southville, dans l'Ohio, une région rurale de l'est des Etats-Unis. "A mon arrivée à l'aéroport de Columbus, mon père biologique et mes deux demi-sœurs m'ont accueilli chaleureusement, puis j'ai rencontré mon demi-frère. Moment unique, fort et authentique", explique-t-il avec émotion. 

Toujours à la recherche de sa mère...

Voir aussi

Avant de faire le voyage, David avait pris soin d'embarquer dans ses valises,  une question délicate pour celui qu'il "appelle dad" (papa en anglais, ndlr) : est-il le fruit d'un viol? "Mon père m'a rassuré. Il était jeune, mais il a eu une vraie relation avec ma mère. Ça a duré un mois, puis il a été affecté ailleurs.", confie le Varois au Figaro. Soulagé, David Zapata ne perd également pas espoir espoir de retrouver un jour sa mère biologique.

Voir aussi

S'il s'est déjà rendu au Vietnam en 2014 - où il a d'ailleurs visité l'orphelinat où il a vécu - David va bientôt réaliser des recherches plus poussées pour retrouver la trace de sa mère, malgré le peu de coopération affiché par les autorités vietnamiennes, le sujet des orphelins étant toujours très sensible dans cette république communiste. En parallèle d'un projet de court-métrage pour faire connaitre son histoire, le Varois porte aussi en lui  un projet de livre. "Avec tous les rebondissements et flash-backs que j'ai vécus, il y a de quoi faire un beau roman" dit-il. Assurément...

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter