À Amsterdam, du wifi gratuit contre de l'air sain

À Amsterdam, du wifi gratuit contre de l'air sain
Insolite

INVENTION – Une start-up néerlandaise souhaite installer des maisons pour oiseaux qui captent la pollution dans l’air et selon la qualité de ce dernier, distribuent du Wi-Fi gratuit.

Le concept de TreeWifi est simple : pas d’air propre, pas de Wifi. Ou en d’autres termes, si la qualité de l’air est saine, des bornes en forme de nichoirs installées dans Amsterdam distribueront du Wi-Fi gratuitement. En revanche, si l’air est trop pollué, ces émetteurs de Wi-Fi gratuit se désactiveront.

Cette idée, que l’on doit au jeune Joris Lam, est née d’un constat alarmant. En 2015, la qualité de l’air dans la ville d’Amsterdam s’est détériorée, selon un classement de 23 villes européennes. Faute de zones restreignant l’accès aux véhicules thermiques notamment, la capitale des Pays-Bas s’est vue attribuée la note "D", deux rangs en dessous de Paris.

Un fonctionnement simple et visible

Pour aider ses concitoyens à prendre conscience de ce mauvais air, Joris Liam a développé ces nichoirs connectés en quatre mois, selon CNN. Le principe ? Chaque nichoir – aujourd’hui en phase de test – est installé sur un tronc d'arbre dans la ville. Des capteurs scannent l’air jusqu’à 100 mètres à la ronde et remontent les données vers un serveur central chaque soir.

"Quand le serveur détecte une diminution de la pollution par rapport au jour précédent, il donne accès à la connexion internet du nichoir pour que tout le monde puisse l’utiliser", précise le fondateur de TreeWifi. "Le réseau Wi-Fi en lui-même est toujours disponible, indépendamment de la qualité de l’air, mais si cette qualité est pauvre, il donne accès à des informations et à des astuces pour aider à améliorer l’air".

Nichoirs cherchent investisseurs

Pour l’heure, ces petits nichoirs financés par crowdfunding ont encore besoin de plus de 4 700 euros pour se poser sur les arbres amstellodamois. L’équipe de Joris Lam, composée de sept personnes, compte déployer ces dispositifs dans la ville dans un premier temps et à terme traverser les frontières.  "Le projet a suscité beaucoup d’intérêt à l'étranger", confie l’inventeur. Sur place, TreeWifi serait en discussion avec les autorités néerlandaises pour concrétiser le concept.

Lire aussi

    Sur le même sujet

    Et aussi

    Lire et commenter

    Alertes

    Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent