En Grèce, la maltraitance des animaux sera passible de 10 ans de prison

En Grèce, la maltraitance des animaux sera passible de 10 ans de prison

MALTRAITANCE - Le Parlement grec a voté la transformation de la maltraitance animale de simple délit en crime "passible d'une peine allant jusqu'à 10 an de prison".

Les personnes condamnées pour avoir maltraité des animaux devront désormais payer une amende allant de 5.000 à 15.000 euros. La peine d'emprisonnement minimale sera désormais d'un an. La loi grecque considère que la maltraitance comprend "les empoisonnements, le fait de pendre, de brûler, de mutiler des animaux"

La société ne peut plus admettre de tels actes- Makis Voridis, ministre grec de l'Agriculture

Le ministre grec de l'Agriculture, Makis Voridis, qui a présenté le texte de loi à la tribune de l'Assemblée, a salué "un message fort lancé par le Parlement à la société". Pour lui, "la société ne peut plus admettre de tels actes" a-t-il insisté. 

Des faits divers qui ont choqué la Grèce

Cette loi fait suite à plusieurs actes de barbarie perpétrés sur des animaux. Début octobre, à Héraklion, en Crète, un homme de 55 ans a pendu et émasculé un chien. Des photos avaient été diffusées sur les réseaux sociaux et dans les médias grecs. L'homme a été condamné à payer une amende de 30.000 euros.

Quelques jours plus tard, dans une banlieue du Pirée, grand port proche d'Athènes, un professeur de 54 ans a donné des coups de couteau et frappé un chien avec une barre de fer. La scène avait été filmée par un passant. Le procès de l'enseignant doit s'ouvrir vendredi. 

Lire aussi

D'après la police grecque, entre janvier et juin 2020, 2.644 signalements de maltraitance et 778 plaintes ont été enregistrées. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : 9000 contaminations ces dernières 24 heures

"Koh-Lanta" : avant la finale, qui remporte le match des réseaux sociaux ?

Voici les trois étapes de l'assouplissement du confinement jusqu'à janvier

CARTE - Confinement : regardez jusqu’où vous pourrez sortir autour de chez vous dès le 28 novembre

"Cessons de dire des bêtises" : taxé de racisme après sa parodie d’Aya Nakamura, Omar Sy se défend

Lire et commenter