Endettée, elle met la moitié de ses fesses aux enchères

Endettée, elle met la moitié de ses fesses aux enchères

TATOUAGE – Noyée sous les dettes, une jeune Néo-Zélandaise a posté une annonce sur un site de vente aux enchères pour proposer une place sur l’une de ses fesses, où elle fera faire le tatouage de son choix au plus offrant.

Bailey Price a fait parler… de ses fesses. Entre deux voitures d’occasion, quelques matelas et autres bibelots plus ou moins utiles, la lune de la jeune Néo-Zélandaise crève le premier plan, sur fond de coucher de soleil - on appréciera la poésie. Ce n’est pas une mauvaise blague, puisque Bailey Price a bien mis une partie de son derrière aux enchères et compte bien en tirer profit.

4.100 euros la fesse

Accablée de dettes, la jeune blonde de 20 ans a posté son annonce le 8 décembre sur le site Trade Me, l’équivalent d’eBay en Nouvelle-Zélande. "J’offre au vainqueur de cette enchère le droit de choisir n’importe quel tatouage que je ferai faire sur mes fesses", écrit-elle. En six jours à peine, elle a obtenu une mise de 6.100 dollars NZD (environ 4.150 euros), pour 68 offres, un jour avant la fin de l'enchère, prévue le 14 décembre.

Pour éviter tout débordement, Bailey a tout de même pris soin de fixer quelques conditions. Le tatouage peut mesurer jusqu’à 9 cm par 9 cm, il doit figurer sur une seule et unique fesse, "droite ou gauche, peu importe". La jeune femme, déjà maculée de motifs sur les bras et les jambes, choisira elle-même son tatoueur. "Mais si le gagnant est dans la région de Wellington [sur la pointe Sud de l’île Nord, ndlr], il est le bienvenu pour venir regarder", concède-t-elle, bonne commerçante.

Demande en mariage, pub et "butt art"

Une fois gravé dans la croupe, le tatouage sera pris en photo, encadré et expédié vers son heureux "propriétaire". La jeune femme au caractère déjanté égraine en passant quelques idées pour décorer son popotin : "une demande en mariage, de la publicité pour une entreprise, un artiste qui voudrait partager une création ou juste parce que ‘yolo’ [on a qu’une vie, nldr]." 

lovin the sun today ☀️☀️☀️

Une photo publiée par ✖️ b l o n d i e ✖️ (@baileyeden) le

Mais qu’en pense le site de vente ? "C’est délicat, mais en fin de compte, nous autorisons ces annonces tant que le vendeur et l’acheteur sont tous deux très clairs sur leurs attentes", a déclaré Logan Mudge, un porte-parole du site, cité par Stuff.co. Pour écarter tout malentendu, il a recommandé à la jeune femme d’ajouter une ligne pour s’autoriser le droit de refuser tout tatouage à caractère insultant ou raciste.

Pour la bonne cause

Bailey n’est pas la première à faire commerce de sa peau intime pour payer ses factures. En 2012, une jeune femme d’Auckland s’était retrouvée avec le logo d’un club de strip-tease sur le haut de la cuisse – une femme en sous-vêtements - contre 12.450 dollars NZD (soit 8.470 euros). Bailey, quant à elle, précise qu'elle défend aussi ses fesses pour la bonne cause : "10 % des gains iront à une association de votre choix", promet-elle. 

Selon la jeune femme, ce tatouage serait par ailleurs une opportunité extraordinaire d’obtenir de la visibilité puisqu’elle est, toujours selon ses propos, "connue pour montrer sa lune en public". L’avenir de l’une de ses fesses est désormais entre les mains des enchérisseurs.

Lire aussi

    En vidéo

    La Tour Eiffel aux enchères

    Sur le même sujet

    Les articles les plus lus

    Omicron : 464.769 nouvelles contaminations au Covid en 24 heures, un record en France

    Covid-19 : à peine adopté, le pass vaccinal déjà obsolète face à Omicron ?

    EXCLUSIF - Présidentielle 2022 : découvrez les résultats de notre sondage quotidien du 18 janvier

    République Tchèque : une chanteuse meurt du Covid-19 après l'avoir volontairement contracté

    Covid-19 : vers une fin de la pandémie ? Plusieurs scientifiques y croient

    Lire et commenter
    LE SAVIEZ-VOUS ?

    Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

    Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.