Etats-Unis : les 45.000 chevaux sauvages ne seront pas massacrés

Etats-Unis : les 45.000 chevaux sauvages ne seront pas massacrés
Insolite

BONNE NOUVELLE – Les autorités américaines, qui prévoyaient d’euthanasier 45.000 chevaux et ânes sauvages aux Etats-Unis, sont finalement revenues sur leur décision devant la pression internationale.

L'idée de voir des dizaines de milliers d'équidés sauvages massacrés dans l’Ouest des Etats-Unis a retourné le monde entier. Début septembre, le Bureau of Land Management (BLM), chargé de préserver la nature sur plus d’un million de km², s'était vu recommander par un rapport d'experts l'euthanasie de 45.000 chevaux et ânes sauvages, dans le but de stopper leur croissance exponentielle sur le territoire américain.

"Le BLM n’euthanasie et n’euthanasiera pas des animaux en bonne santé."- le Bureau of Land Management, responsable des chevaux et des ânes sauvages

Révoltées, les associations de protection animale avaient alors lancé de larges campagnes pour empêcher cette tuerie. Grâce à plusieurs pétitions totalisant plus de 375.000 signatures, le BLM a finalement renoncé la semaine dernière à la mise à mort des ânes et des mustangs, chevaux mythiques des plaines américaines. "Le BLM n’euthanasie et n’euthanasiera pas des animaux en bonne santé", insiste-t-il sur son site.

En vidéo

45 000 chevaux sauvages menacés d'euthanasie aux Etats-Unis

La surpopulation de ces mammifères n’en demeure pas moins problématique. L’administration affirme qu’il y a "70.000 chevaux et ânes sauvages sur les plaines publiques de l’Ouest – soit trois fois le niveau recommandé". Le problème ? Ces équidés occupent l’espace et empêchent les agriculteurs d’y implanter leurs troupeaux de bétail. Malgré la tentative du gouvernement de proposer ces animaux à l’adoption, les individus sauvages restent en surnombre.

Stériliser les chevaux, une bonne idée ?

Chaque équidé non adopté, régulièrement rabattu vers des enclos par des hélicoptères, coûte par ailleurs 50.000 dollars (45.000 euros) à la collectivité, précise le BLM. L’abattage organisé ayant été écarté, la Humane Society of the United States, l’une des associations de protection animale les plus actives en Amérique, recommande toutefois de trouver une solution viable pour éviter ces opérations de regroupement jugées trop violentes.

L’association Protect Mustang reproche quant à elle au Bureau de planifier l’extinction de ces chevaux de l’Ouest.  Selon un document datant de 2008 et révélé le 17 septembre par Protect Mustang, le BLM aurait recours à des pesticides dits PZP, créés à partir d’ovaires de truie dans les abattoirs, pour stériliser les mâles mustangs et empêcher leur reproduction. Si la régulation de la natalité reste l’option la plus réaliste pour limiter la surpopulation des mustangs, les associations craignent que des mesures trop drastiques ne menacent la survie de ces chevaux.

Lire aussi

    Sur le même sujet

    Et aussi

    Lire et commenter

    Alertes

    Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent