"Happy Birthday" peut désormais être chanté par tous gratuitement

"Happy Birthday" peut désormais être chanté par tous gratuitement

DROIT – Un juge fédéral américain a invalidé mardi 22 septembre le droit d'auteur associé à la chanson d'anniversaire "Happy Birthday", qui tombe enfin dans le domaine public après quatre-vingt ans.

Chanter Happy Birthday n'était pas chose aisée en toutes circonstances jusqu'ici. Un droit d'auteur déposé en 1935 interdisait son utilisation à des fins commerciales. Le juge fédéral américain George Cour H. King a invalidé le copyright mardi 22 septembre, inscrivant la chanson la plus entonnée du monde dans le domaine public.

Pendant près de quatre-vingts ans, les droits du titre appartenaient légalement à Warner Chappell, détenue par Sony. La compagnie d'édition musicale percevait deux millions de dollars par an en moyenne grâce à la perception de redevances. Impossible en effet pour les entreprises à but lucratif d'utiliser la chanson gratuitement.

1500 dollars la chanson

Émissions de télévisions, films, cartes de vœux ont dû trouver des versions alternatives pendant des années pour contourner cet obstacle (voir ci-dessous). Même un restaurateur offrant un gâteau d'anniversaire en chanson était censé mettre la main au panier au préalable, illustre Slate . Parmi les plaignants et investigatrice de la bataille juridique, la cinéaste Jennifer Nelson qui aurait dû payer 1500 dollars pour inclure le précieux morceau dans un documentaire autobiographique.

Happy Birthday Alternatives in Film and Television from Free Music Archive on Vimeo .


En réalité, seuls des arrangements spécifiques de la musique sont protégés, mais pas la chanson elle-même, imaginée en 1883. Les auteurs originaux, les sœurs Parry et Mildred Hill, n'ont jamais transféré les droits des paroles à un éditeur, seulement la mélodie.

Sans le jugement du tribunal, les vers d'Happy Birthday n'auraient pas été accessibles gratuitement avant 2030 aux États-Unis et décembre 2016 dans l'Union Européenne. Selon l'avocat de Jennifer Nelson citée par LA Times , ceux qui ont subi les frais de la politique abusive de Warner jusque maintenant pourraient poursuivre la maison pour se faire rembourser.

À LIRE AUSSI >> En Israël, le ketchup Heinz ne sera bientôt plus considéré comme tel

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

REVIVEZ - "Danse avec les stars" la finale : c'est Tayc qui l'emporte face à Bilal Hassani !

Variant "Omicron" : "S'il y a un cas en Belgique, il y en a déjà en France"

EN DIRECT - Covid-19 : en Allemagne, un premier cas suspect de variant Omicron détecté

VIDÉO - "Vous ne pourrez pas revenir" : le désarroi des voyageurs pris de court par l'arrêt des liaisons Maroc-France

Covid-19 : bars, trains, métro... les principaux lieux de contamination identifiés par une nouvelle étude

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.