Il se bat contre l'administration pour pouvoir signer avec son pénis

Il se bat contre l'administration pour pouvoir signer avec son pénis

DirectLCI
SIGNATURE – Un Australien se bat depuis cinq ans pour que l'administration de son pays reconnaisse sa signature : une caricature de pénis. Ce qui devait être une simple blague a pris une nouvelle ampleur.

Au départ, l'affaire de la signature était une blague. Jared H. voulait changer d'adresse électorale, et pensant que personne ne daignerait traiter sa demande, il décide d'apposer une caricature de pénis dans la case "signature". L'ennui pour cet Australien de 33 ans, c'est que le boutade n'a pas plu à tout le monde.

"Tout à coup, les choses ont mal tourné. J'ai reçu des lettres et des appels téléphoniques pour me dire que je devais changer de signature", a-t-il raconté au journal The Age . "J'ai trouvé ça intéressant et je me suis demandé pourquoi".

L'administration choquée

Pour élucider la question, Jared H. s'inscrit dans une faculté de droit, s'obstine à signer les documents officiels avec une forme phallique et fait bondir les institutions australiennes. La commission électorale finit par refuser sa demande de changement d'adresse, le taxant de "frivole", "d'agaçant" et lui reprochant de gaspiller l'argent public.

À LIRE AUSSI >> À la place de sa PS4, un petit garçon découvre une planche de bois pour Noël

Pour son permis de conduire, refusé également, l'homme a fait appel trois fois devant la justice pour finalement être accusé de "faire perdre leur temps aux magistrats". Pour ce qui est de son passeport, l'administration rejète la demande et prévient Jared qu'un tel symbole peut être considéré comme du "harcèlement sexuel" envers le personnel.

Le combat continue

Mais Jared persévère dans sa quête de reconnaissance. "Ce qui définit une signature, c'est sa fonction, pas sa forme réelle", philosophe-t-il. "Si cela doit être le nom de quelqu'un, pourquoi la plupart des signatures sont juste des gribouillis illisibles ?"

Finalement, Jared a obtenu gain de cause auprès des autorités routières. Sa singulière œuvre d'art apparaît sur son permis de conduire. Même succès auprès de la commission des jeux et de l'alcool, ainsi que d'une banque. Le pénis polémique apparaît même sur les documents officiels attestant l'âge, sa carte de santé, sa carte étudiante et sa carte de bibliothèque.

À LIRE AUSSI
>>
Quand Christine and the Queens caressait le rêve d'avoir... un pénis >> L'invention à glisser sous la peau pour contrôler soi-même l'éjaculation
>>
Elle accepte de coucher avec un vierge de 43 ans doté d'un pénis bionique

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter