À vendre : l’ancienne prison de Grasse "sans garage, ni parking"

Insolite
PETITES ANNONCES – Et si vous achetiez une prison ? C’est votre chance : l’ancienne maison d'arrêt de Grasse en région PACA est à vendre, via un appel à candidatures.

Pour la première fois, vivre en prison pourrait vous donner envie. Dans la jolie commune de Grasse, en région Provence-Alpes-Côte d’Azur, l’ancienne maison d’arrêt désaffectée depuis 1992 cherche un nouvel acquéreur. 


"Vendu sans garage, ni parking"

Une annonce publiée sur le site du ministère de l’Économie et des Finances, vous fait faire le tour du propriétaire  : ce "bâtiment de type 'traditionnel' des prisons de la fin du XIXe siècle" s’étend sur une surface non négligeable de plus de 1270 mètres carrés à laquelle il faut ajouter 390 mètres carré de "surfaces annexes".

En plus des cellules, "avec une partie homme et une partie femme", le bâtiment comprend deux appartements de fonction, d’anciennes cuisines, des réserves en sous-sol, des bureaux, des parloirs ainsi qu’une cour intérieure. Petit bémol cependant, pour ceux qui envisageraient l’incarcération comme mode de vie : ce bien est malheureusement vendu "sans garage, ni parking".

50.000 euros de caution pour candidater

En tant que bien public, la prison de Grasse est proposée à la vente via un appel à candidatures. Moyennant une caution de 50.000 euros pour pouvoir seulement soumettre une offre – ce qui devrait largement dissuader les farceurs –, les candidats pourront déposer leurs dossiers jusqu’au 14 octobre.

L’annonce met cependant en garde : des "travaux sont à prévoir". Et pas des moindres : un état des lieux datant de juillet révèle  des traces de plomb et d’amiante dans les peintures et met en garde quant à la vétusté des installations électriques ainsi que celle de l’arrivée de gaz dans les appartements. 

Une vocation "culturelle et mémorielle"

Selon Var Matin, la ville de Grasse, qui ne sera pas candidate, souhaiterait que le repreneursde la prison ait une "vocation culturelle et mémorielle". L’ancien palais de justice de la ville, situé à un kilomètre de l’ancienne maison d’arrêt et devenu une maison des associations, a d’ailleurs connu pareille reconversion. 


Dernier point, et pas le plus négligeable : il ne s'agit pas d'un viager. Selon l’annonce, l’ancienne geôle capable d’accueillir jusqu’à 72 détenus et 18 surveillants est aujourd’hui "libre de toute occupation".

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter