La belle histoire du jour : cet homme est resté sous les bombes d’Alep pour prendre soin des chats

La belle histoire du jour : cet homme est resté sous les bombes d’Alep pour prendre soin des chats
Insolite

ÉMOUVANT – Dans la ville d’Alep, ville syrienne au coeur des violents affrontements entre les partisans du régime et les forces rebelles, un secouriste a créé un refuge pour les animaux abandonnés par les familles en fuite.

Comme tous les habitants d’Alep, Mohammad Alaa Aljaleel se lève sans savoir s’il sera encore en vie à la fin de la journée. Depuis le 19 septembre, 500 personnes dont 300 civils Aleppins ont péri sous les bombes de l’aviation russe et du régime de Bachar el-Assad, selon un rapport de l’Observatoire syrien des droits de l’homme publié le 5 octobre. Entre ces images d’horreur, d’immeubles effondrés, d’enfants blessés et de panique entre les décombres, Mohammad est une petite lueur d’espoir.

Avant la guerre, Mohammad était électricien. Mais c’était avant. Il y a cinq ans, lorsque la guerre a éclaté entre le régime de Bachar el-Assad et les groupes rebelles, ce père de trois enfants aurait pu fuir sa ville, comme l’ont fait la plupart de ses proches. Mais il a choisi de rester pour venir en aide à toutes les victimes de ce conflit meurtrier. Petits comme grands, humains comme animaux.

Lire aussi

    Les chats, d’autres victimes de la guerre

    Aujourd’hui, Mohammad travaille en tant que secouriste dans un hôpital. "Il vit dans une zone contrôlée par les rebelles, donc cible de l’armée régulière et aussi de l’État islamique" nous explique Alessandra Abidin, l’interprète de Mohammad. "Il conduit une ambulance pour transporter les blessés", précise-t-elle. En plus de son activité, ce héros du quotidien défend d’autres victimes de la guerre : les animaux.

    Au départ, Mohammad s’occupaient des quelques chats laissés par des familles en fuite ou naissant dans les rues, faute de vétérinaire pour stériliser les animaux errants. Grâce aux dons venant de l’international, il a même pu ouvrir un refuge, "La Maison Ernesto" qui abrite aujourd’hui quelque 170 chats, une poignée de chiens et toutes les créatures que cette bonne âme pourra sauver : "des oies, des poules, des canards".

    "Je resterai avec eux quoiqu’il arrive."- Mohammad Alaa Aljaleel

    À raison d’un euro par bouche à nourrir, Mohammad vient soigner et donner un peu de réconfort chaque jour à ses petits protégés. "Il fait de son mieux pour varier les repas des animaux. Ils mangent du riz, de la viande et parfois des os", traduit Alessandra. Entre les bâtiments désolés et les parcs de jeux à l’abandon, Mohammad tient le lieu propre et accueillant pour les félins.

    Profondément pacifiste, Mohammad ne défend aucune cause, si ce n’est le retour de la paix dans son pays. Il tient le refuge grâce aux dons des particuliers, via l’association française Syria Charity. "Je resterai avec eux quoiqu’il arrive", promet Mohammad, surnommé "l’homme aux chats" d’Alep. "Quelqu’un qui a de la compassion dans son cœur pour les humains, a de la compassion pour tout être vivant", conlut-il.

    Lire aussi

      Sur le même sujet

      Et aussi

      Lire et commenter

      Alertes

      Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent