La belle histoire du jour : elle construit des maisons de fées pour faire rêver les enfants autistes

Insolite
IMAGINATION – Dans le New Jersey, la mère d’un jeune homme autiste s’est lancée dans la fabrication de minuscules "maisons pour fées" qu’elle cache dans les bois. Son but : créer un parcours de découverte pour stimuler son fils, et les autres enfants.

Si vous rôdez sur les sentiers du South Moutain Reservation dans le New Jersey, peut-être trouverez-vous une maison miniature, nichée dans le creux d’un arbre, des chaises en brindilles de bois ou une minuscule échelle sur un tronc. Pas de doute, vous aurez trouvé le "sentier des fées", ce parcours enchanté créé il y a près de cinq ans par la discrète Therese Ojibway.

Créer un espace naturel pour l’imagination

Avec son fils de 25 ans, atteint d’autisme, cette mère de famille s’est lancée dans la confection de petits abris en matériaux naturels qu’elle égrène dans les 850 hectares de forêt. Ces maisonnettes sont destinées aux "fées des bois". Le but de cette ancienne rédactrice publicitaire des studios Walt Disney ? "Donner des occasions aux enfants autistes de sortir dans la nature, d’explorer et de s’amuser", précise-t-elle pour le site Upworthy.

"Pour une fois, je voulais qu’il ait un endroit à lui, où il me dise où aller, où j’aurais pu suivre sa direction, à lui."Therese Ojibway, créatrice du "sentier des fées"

Elle prend l’exemple de son fils. "Il suivait beaucoup d’instructions toute la journée. Pour une fois, je voulais qu’il ait un endroit à lui, où il me dise où aller, où j’aurais pu suivre sa direction, à lui." Et d’une promenade dans les bois où l’imagination s’éveille, les maisons de fées sont nées jusqu’à créer un véritable circuit magique, comme une chasse au trésor. 

Un parcours ouvert à tous

Quelques mobiliers miniatures plus tard, les autres enfants du bois se sont pris au jeu et "construisent désormais leurs propres maisons", raconte-t-elle. Au total, les fées ont même une trentaine de pied-à-terre dans les bois, précise le New York Times. Pour "entretenir le rêve", Therese Ojibway fait régulièrement le tour de ces maison miniatures, veille à ce que le lieu reste propre et n’hésite pas à répondre aux enfants qui laissent des mots aux fées.

Pour apprendre le respect de la nature aux plus jeunes, l’assistante des fées ne manque jamais de leur rappeler de privilégier des matériaux trouvés par terre. "Les fées aiment les glands, les pommes de pin, les coquilles, les fleurs et les jolies pierres. Pas le plastique", conseille cette bonne âme sur un écriteau en bois. Une façon de faire vivre la magie et laisser un espace de liberté à ceux qui débordent d’imagination.

Lire aussi

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter