La belle histoire du jour : elles transforment des sacs-plastique en matelas pour les sans-abris

La belle histoire du jour : elles transforment des sacs-plastique en matelas pour les sans-abris
Insolite

TOUCHANT – Dans le Tennessee, un groupe de femmes s’est réuni pour concevoir de fin matelas à partir de sacs en plastique qu’elles tressent au crochet. Ces matelas sont ensuite distribués aux personnes dans le besoin.

Tous les jeudis matin, elles sont une quinzaine à venir s’installer autour des tables rondes de l’église Second Baptist Church à Union City, dans le Tennessee. Ces femmes se font appeler les "bag ladies" (littéralement, les "dames aux sacs"). Le but de ces rendez-vous : recycler des sacs en plastique pour en faire des matelas destinés aux personnes sans maison.

Elles œuvrent dans l’ombre depuis près de deux ans. Ces bonnes âmes aux mains habiles récupèrent les sacs en plastique ou sacs-poubelle déposés à l’église, explique la chaîne WPSD Local 6. Elles les découpent en bandes pour en faire des pelotes qu’elles déroulent ensuite au crochet pour en faire des matelas de l’épaisseur d’un tapis de sol. 

600 à 700 sacs en plastique pour un matelas une place

Elles envoient ensuite leur travail aux familles dans le besoin, comme les victimes des violentes inondations qui ont frappé la Louisiane au mois d’août. Même si la tâche semble facile, il faut assembler 600 à 700 sacs pour réaliser un seul matelas de 90 par 180 centimètres. 

Cette année seulement, les "bag ladies" ont déjà achevé 88 de ces drôles de paillasses. 52.000 sacs en plastique sont passés entre leurs doigts. "Au final, vous en faites deux ou trois et vous vous dites : ‘Cela fait réellement une différence dans la vie de quelqu’un’. Donc vous avez envie d’en faire encore plus", raconte Janice Akin, membre de cette petite communauté. 

Un groupe qui grandit

Ces matelas de fortune ont eu un tellement de succès que l’église se voit obligée de refuser les sacs envoyés. "Des centaines de personnes ont contacté l’église et les ‘bag ladies’ pour donner et nous allons bientôt être débordés par les sacs !", peut-on  lire sur le site de la paroisse

Depuis qu’elles ont commencé leurs bonnes œuvres en janvier 2015, le nombre de "bag ladies" a doublé. Patty Arnold, l’une des pionnières, s’en réjouit : "C’est formidable que ce groupe grandisse, que d’autres souhaitent aider tous ces gens".

Lire aussi

    Sur le même sujet

    Et aussi

    Lire et commenter

    Alertes

    Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent