La belle histoire du jour : quand le web sauve un vendeur de peluches Pokémon

Insolite

MOBILISATION – En Malaisie, un vendeur de peluches Pokémon s’est retrouvé avec 250 de ces jouets sur les bras, commandés par un homme qui ne les a finalement jamais achetés. Tout juste remis d’un cancer, ce vendeur de rues s’est retrouvé dans une situation délicate. Mais le web est venu à la rescousse.

En vous promenant dans les rues de Kuala Lumpur en Malaisie, vous apercevrez peut-être un vendeur de peluches Pokémon, installé sur le trottoir en face d’une grande banque. Ce vendeur, qui se fait appeler Uncle David, fait ce travail depuis 15 ans et vient d’essuyer un coup dur, qui aurait pu être fatal pour son activité.

Cet homme de 65 ans, qui vient de se remettre d’un cancer diagnostiqué l’an dernier, a reçu fin septembre une vaste commande de 250 peluches à l’effigie des petits monstres, selon la BBC. L’ennui, c’est que le mystérieux client n’est jamais venu ni payer, ni récupérer sa large commande. Uncle David - David Christopher, de son vrai nom – s’est retrouvé bloqué avec son stock débordant.

"S’il vous plaît, venez en aide à Uncle David."- Vivian Tok, blogueuse, sur Facebook

"Une bonne âme m’a vu et a posté ce qu’il m’arrivait sur Facebook", a déclaré le vendeur méritant. Cette personne est une blogueuse chinoise, Vivian Tok, dont l’appel au soutien est rapidement devenu viral. "Ceux qui jouent à Pokémon Go, ne gaspillez pas votre temps à jouer. S’il vous plaît, venez en aide à Uncle David", a-t-elle écrit.

Résultat : "En deux heures, 190 jouets ont été vendus", se réjouit le vendeur de peluches. Depuis, des dizaines de personnes passent saluer Uncle David chaque jour. Il vend même près de 500 jouets en une journée. Cet homme sauvé par les réseaux sociaux a déménagé à Kuala Lumpur pour offrir des études à son fils. "Mon fils est toujours à l’université. Il a 20 ans", raconte Uncle David. Grâce à cette mobilisation générale, le vendeur de peluches pourra continuer à subvenir aux besoins de sa famille.

Vous avez une belle histoire à partager vous aussi ? N'hésitez pas, écrivez à Capucine sur cmoulas@tf1.fr

Lire aussi

    Sur le même sujet

    Et aussi

    Lire et commenter