La Confrérie des chauves de Belgique, fiers et sans complexes

La Confrérie des chauves de Belgique, fiers et sans complexes

CHAUVES – Le 8 octobre, la confrérie nationale des chauves de Belgique fête son cinquantenaire. Pour l’occasion, le président de la communauté nous a parlé de cette confrérie réservée aux crânes nus.

Une blague belge ? Non, la confrérie nationale des chauves de Belgique existe bel et bien. Avec 250 personnes attendues, elle fête même ses cinquante ans le 8 octobre à Bruxelles et compte bien défendre ses valeurs : s’assumer sans complexe même (et surtout) sans cheveux.

"Une bonne trentaine de chauves en toges"

"Avant j’étais tout blond, mais j’avais les cheveux très fins. Et puis bon, c’est parti !", raconte le jovial Edmond Kerstenne, président de la confrérie et chauve de père en fils, interrogé par LCI. De 45 à 87 ans, la confrérie compte "une bonne trentaine de chauves en toges" un peu partout en Belgique - que des hommes, bien que les femmes soient les bienvenues  - et avec eux, on ne plaisante pas avec les cheveux.

Car si les confrères chauves sont bon vivants, pour devenir membre, la route est longue. "Pour rentrer, il faut être chauve au moins naissant", insiste le président de 73 ans. "Il en existe trois sortes : les chauves naissants – qui sont dégarnis sur le dessus. Il y a ceux qui, comme moi et à peu près 90% des chauves, ont une couronne autour du crâne. Et il y a enfin les chauves complets mais c’est plus rare".

Le parcours du chauve initié

Il met en garde : "Un crâne rasé, ça ne compte pas. Ça se voit tout de suite, on voit la racine des cheveux". Lors du cinquantenaire, Edmond Kerstenne animera la cérémonie d’intronisation de trois (véritables) chauves arrivants. "On est postulant pendant un an, on devient stagiaire au bout de six mois, et puis membre en toge", énumère-t-il.

Les jeunes initiés prêtent serment, la main sur une symbolique boule de billard : "Je jure de ne rien tenter pour modifier la coiffure que nous a destinée Dame Nature", récite Edmond Kerstenne. Selon la tradition, les anciens leur versent de l’alcool de myrte sur le crâne – ils boiront ensuite le reste.

"Dans les années 1970, la confrérie avait aidé un étudiant chauve, à cause d’une maladie, à financer ses études."- Edmond Kerstenne, président de la confrérie nationale des chauves de Belgique

Les chauves se réunissent tous les deuxièmes weekends de chaque mois pour des activités diverses. Mais attention, ils œuvrent aussi pour la bonne cause. "Il y a toujours eu un but social. Dans les années 1970, la confrérie avait aidé un étudiant chauve, à cause d’une maladie, à financer ses études", raconte-t-il. 

Leur grande mission de l’année : offrir des cadeaux aux enfants placés en foyer pour la Saint-Nicolas (Noël en Belgique). Grâce à des barbecues, des marches ou le cinquantenaire organisé, les chauves récoltent des fonds pour les redistribuer à une quinzaine d’enfants, par "un Saint-Nicolas qui est chauve, bien sûr", sourit le défenseur des crânes nus.

Lire aussi

    Sur le même sujet

    Les articles les plus lus

    EN DIRECT - Covid-19 : Pfizer assure que l'UE sera livrée comme prévu au premier trimestre, selon Ursula von der Leyen

    Covid-19 : Frédéric Mitterrand hospitalisé en urgence à Paris

    Impôts : faites-vous partie des bénéficiaires de l'acompte versé ce vendredi ?

    Vaccination : c'est parti pour la prise de rendez-vous en ligne sur le site Sante.fr

    Les alertes neige sont levées, un département en vigilance crues

    Lire et commenter