La question de la semaine : pourquoi a-t-on la peau fripée quand on reste longtemps dans l’eau ?

Insolite
RIDES – Quelques minutes sous l’eau suffisent pour que vos mains se couvrent de petits sillons et prennent 20 ou 30 ans ? Ce drôle de phénomène serait un vieil héritage de nos ancêtres. On vous explique.

► Les faits

À la plage ou dans votre bain, vous vous délassez enfin. Mais cinq minutes passent et vous voilà déjà à compter les rides qui fendent vos doigts et vos orteils. La peau fripée au contact de l’eau donne l’étrange sensation d’avoir soudainement vieilli, avant que ces rainures ne disparaissent comme elles sont arrivées. Mais d’où viennent ces plis ? Et pourquoi squattent-ils exclusivement nos phalanges ?


► Pourquoi

Pendant longtemps, les scientifiques considéraient que ces sillons provenaient de la peau elle-même. Elle est composée de trois couches au niveau des doigts, et la plus extérieure serait davantage poreuse. L’eau s’infiltrerait donc à travers cette couche pour gorger les cellules de la peau, ce qui provoquerait son gondolement.


Seul hic : cette hypothèse exclut le système nerveux, un acteur clé dans la formation de nos rides digitales. Des chercheurs du laboratoire 2ai dans l’Idaho aux Etats-Unis en 2011 et d’autres scientifiques de l’université de Newcastle en 2013 ont creusé ce constat. Ils ont découvert que ce phénomène pourrait être une réaction de notre corps qui s’adapte à un milieu humide.


Grâce à 20 participants, les chercheurs de Newcastle ont prouvé qu’avoir les doigts fripés garantit une meilleur adhésion lorsque l’on souhaite attraper quelque chose de mouillé – dans le cadre de leur expérience, des billes humides. 


À la façon des pneus de voiture, les sillons qui se forment sur nos doigts permettent à la fine pellicule d’eau qui se forme entre l’objet et la peau de s’évacuer, pour améliorer notre prise. En somme, ces rides empêchent "l’aquaplaning" de nos doigts. Même intérêt pour les orteils : la peau bosselée nous empêche de déraper.

► Conclusion

Cette réaction de la peau serait par ailleurs un héritage de nos ancêtres les plus éloignés, que Dame Nature avait dûment équipés pour la pêche notamment. Notons que les primates ont eux aussi les extrémités des phalanges fripées lorsqu’elles sont en contact avec de l’eau trop longtemps. Un indice sur notre généalogie ?

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter