La question de la semaine : pourquoi fait-on des doigts d’honneur ?

La question de la semaine : pourquoi fait-on des doigts d’honneur ?
Insolite

SYMBOLE – Le doigt d’honneur demeure une insulte très répandue. Mais d’où vient ce geste et comment le majeur est-il devenu un symbole d’affront ? Pour comprendre, il faut aller (se faire) voir chez les Grecs.

Tandis qu’une forêt de majeurs se cabre devant la tour new-yorkaise du nouveau président des Etats-Unis, mettons le doigt sur cette drôle d’insulte. Levez l'auriculaire et personne ne cillera. Tendez votre majeur et vous provoquerez un ras-de-marée. D’où vient le doigt d’honneur et comment ce grand doigt s’est-il vu à lui seul endosser une si lourde mission ?

Lire aussi

    Un symbole phallique

    Les origines de ce geste restent floues mais en la matière, les théories ne manquent pas. La plus ancienne nous emmène chez les Grecs, au Ve siècle avant J-C. L’auteur Aristophane aurait été le premier à faire usage du doigt d’honneur dans sa pièce Nuées. Mais le doigt avait ici une connotation comique et symbolisait un sexe masculin entouré de testicules.

    La première apparition insultante du majeur tendu nous viendrait de Diogène de Synope, ce philosophe clochard qui vivait dans une grande jarre. Lorsque les voyageurs égarés lui demandaient où trouver l’orateur Démosthène (que l’excentrique Diogène détestait), il leur répondait avec son doigt levé, en signe de rejet évident.

    Lire aussi

      Plus tard, le doigt d’honneur revient chez les Romains. Certains écrits de l'époque font mention du "doigt impudique", correspondant à celui du milieu et toujours en symbole sexuel. Tendre son majeur était une métaphore pour signifier une pénétration honteuse. Mais comment expliquer que l’insulte ait traversé les siècles ? La légende voudrait que la Guerre de Cent Ans (entre 1337 et 1453) ait ravivé le geste. 

      Une punition radicale au Moyen-Âge

      Français et Anglais s’affrontaient dans des batailles sanglantes. Craignant les talents d’archers de leurs ennemis, nos ancêtres de l’Hexagone avaient pris la charmante habitude de couper le doigt central de leurs prisonniers pour les empêcher de décocher une flèche. En signe de provocation, les Anglais dressaient donc bien haut leur majeur avant les batailles, pour narguer leurs voisins détestés. 

      D’autres hypothèses avancent que les Français sectionnaient non seulement le majeur, mais aussi l’index. De là viendrait que les Anglais utilisent (encore aujourd’hui) ces deux doigts en forme de "V" et la paume vers l’intérieur pour insulter ou provoquer. 

      Lire aussi

        En vidéo

        Le président philippin fait un doigt d'honneur à l'UE

        Sur le même sujet

        Et aussi

        Lire et commenter

        Alertes

        Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent