Le jour où j'ai arrêté de me savonner sous la douche

Le jour où j'ai arrêté de me savonner sous la douche

Insolite
DirectLCI
BIEN-ÊTRE - Et si on ne se lavait plus qu'à l'eau claire ? Notre journaliste a tenté l'expérience pendant près de deux mois et raconte.

Je ne me savonne plus. Ne prenez pas cet air dégoûté. Que les choses soient claires : je me lave mais je n'utilise plus de savon. Depuis près de deux mois maintenant, j'ai décidé de tester cette nouvelle tendance après avoir lu un témoignage sur le Net. Cette personne disait avoir arrêté de se savonner sous la douche, n'utilisait plus de shampoing et… le vivait très bien. Voire le vivait mieux.

Challenge accepted. Je me lance dans l'aventure, espérant juste que mes proches et mes collègues de bureau ne s'en apercevront pas. Ils n'y ont vu que du feu. Concrètement, je me douche simplement à l'eau, y compris les cheveux, mais je continue à me laver les mains après être passée aux toilettes. Je mets toujours du déodorant, je me lave toujours les dents avec du dentifrice deux fois par jour. Pour atypique que soit cette démarche, elle n'est pas non plus extrême. L'avantage, c'est que je n'expose plus mon corps aux produits chimiques que contiennent tous ces gels douche aux parfums plus exotiques les uns que les autres. Et, une fois par semaine, je frotte mon corps avec un gant de gommage pour éliminer les cellules mortes sur ma peau.

Le plus compliqué ? Les cheveux

Résultat de l'expérience ? un mois et demi après le début de l'aventure, j'ai toujours ce petit réflexe, vite réprimé, d'attraper le savon ou le gel douche. Je me frotte simplement la peau en insistant aux principaux plis (je ne vais pas vous faire un dessin), je frotte les cheveux et le cuir chevelu avant de les "rincer" (deux fois par semaine, c'est suffisant). Côté odeur, aucune différence. En fin de journée ou quand j'ai fait un peu de sport, j'ai même l'impression que c'est mieux. J'ai aussi la peau moins sèche, cela est notamment visible au niveau des coudes.

Là où l'expérience a été la moins simple, c'est pour les cheveux. J'étais prévenue : il fallait au moins patienter deux à quatre semaines pour qu'ils se régulent eux-mêmes (moins gras ou moins secs, c'est selon). Un mois et demi après, j'avais toujours ce sentiment étrange d'avoir des cheveux lourds, un peu rêches. Visuellement, comme ils sont courts, cela passait inaperçu. J'ai fini par décider de faire un masque hydratant après les avoir lavés à l'eau et la situation s'est grandement améliorée. Mais j'envisage quand même d'avoir recours aux "faux shampoings" maison (à base de fécule ou de bicarbonate). Bref, je tâtonne encore mais je ne renonce pas et ce, même si les dermatologues ne conseillent pas cette expérience .

Le plus compliqué finalement, c'est socialement, quand vient le moment d'expliquer cette expérience. Elle est souvent résumée par un très réducteur – et erroné - "elle ne se lave plus". Puis viennent les questions du type "mais tu mets quand même du déodorant ?" et "Alors, tu pues ?". Finalement, remettre en question une habitude établie depuis la plus petite enfance dérange. Cela peut pourtant être utile parfois. Tout comme si je vous dis que vous ne savez pas lacer correctement vos chaussures . Et pourtant c'est vrai.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter