Les bonnes sœurs détournaient les caisses de l'école pour financer leurs virées à Las Vegas

Les bonnes sœurs détournaient les caisses de l'école pour financer leurs virées à Las Vegas

Insolite
DirectLCI
INSOLITE - Deux religieuses, enseignantes d'une institution catholique de l'archevêché de Los Angeles, ponctionnaient le compte de leur école en vue de virées à Las Vegas.

Charité bien ordonnée commence par soi-même. Deux religieuses américaines qui officiaient dans une école catholique près de Los Angeles ont reconnu avoir détourné des fonds de l'établissement pour pouvoir se payer de folles virées... dans des casinos de Las Vegas, a annoncé lundi leur hiérarchie. Ces détournements de chèques destinés à l'école duraient depuis plus d'une dizaine d'années, selon l'archevêché de Los Angeles. Le pactole qu'elles comptaient claquer est conséquent et pourraient atteindre la somme de 500.000 dollars.


"Nous savons qu'elles avaient l'habitude de partir en voyage, et d'aller au casino. Le fait est qu'elles utilisaient le compte (de l'école) comme leur compte personnel", a résumé un enquêteur cité par la presse locale. Mais l'affaire a traversé l'Atlantique pour finir sur le bureau des Soeurs de Saint Joseph de Carondelet, créé en 1650 en France au Puy-en-Velay (centre-est). L'ordre "confirme avoir été informé par l'archevêché de Los Angeles d'une enquête sur les finances de l'école Saint James à Torrance, en Californie", explique dans un communiqué transmis à l'AFP la branche américaine de l'ordre.

Une malversation qui a eu un écho jusqu'au Puy-en-Velay

"On nous a appris l'existence d'un détournement de fonds impliquant deux de nos soeurs. Les soeurs ont confirmé les malversations et ont coopéré à l'enquête", poursuit l'ordre religieux, présentant ses excuses aux familles et exprimant son désir de "rembourser intégralement l'école Saint James".


La soeur Mary Margaret Keuper, principale de l'établissement où elle a travaillé pendant vingt ans, et sa très bonne amie, soeur Lana Chang, qui enseignait en classe de 4e, ont toutes deux pris leur retraite cette année. C'est un audit réalisé après leur départ qui a révélé leurs malversations, a expliqué l'école dans une lettre aux parents, relayant notamment les "profonds regrets" manifestés par les deux religieuses. "Aucun élève ou programme à Saint James n'a pâti d'une perte de financement (...) L'éducation de vos enfants n'a pas, et ne sera pas, affectée par ces événements", assure l'école dans la lettre obtenue par l'AFP.


La police a été prévenue et l'archevêché de Los Angeles, qui n'avait initialement pas souhaité déposer plainte, a indiqué à l'AFP avoir désormais l'intention de se porter partie civile.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter