Les champions du monde de cache-cache sont Français

Insolite
1, 2, 3… - Une équipe française a remporté le sacre ultime lors du premier Championnat mondial de cache-cache qui s'est tenu le week-end dernier dans la ville fantôme de Consonno en Italie. LCI les a débusqués pour que ces champions du camouflage nous racontent cette expérience.

Les Français sont les meilleurs planqués du monde. Au sens propre. Le week-end dernier, une équipe de cinq étudiants originaires d’Oraison en région Provence-Alpes-Côte d’Azur, alias les Sneaky Frenchy ont décroché le sacre ultime lors du Championnat du monde de cache-cache. Cette compétition, internationale, s’est tenue dans la ville fantôme de Consonno, à 50 km au Nord de Milan. 

60 secondes pour se cacher

Comme beaucoup de participants, Gauthier Lerda, 20 ans, et ses quatre copains ont eu connaissance de ce Championnat "par hasard, sur Internet". Le concept :  les joueurs s’affrontent sur un terrain délimité et couvert de bottes de paille, ballons gonflables et autres murs mobiles, comme autant de planques potentielles pour les 64 équipes engagées de cinq participants chacune. 


Les "attrapeurs", une équipe de rugbymen fixe et neutre, comptent jusqu’à 60 secondes. Les "cache-cacheurs" doivent ensuite rejoindre un matelas rond le plus rapidement possible sans se faire repérer. L'Italie, où ce concours a été créé en 2010, en est à sa 7e édition. Mais pour la première fois, les organisateurs du Nascondino World Championship ont décidé d’ouvrir les frontières de ce cache-cache au monde entier, moyennant 125 euros d’inscription par équipe.

Une organisation au cordeau

Résultat : 320 participants se sont précipités de France, de Belgique, de Suisse et même des Etats-Unis pour se planquer sur le terrain désolé de Consonno, cette petite ville construite en 1968 et désertée huit ans plus tard. "Ce qui nous a tout de suite frappés, c’est le cadre", témoigne Gauthier, qui a roulé près de six heures avec ses coéquipiers pour arriver à destination. "Il y a des immeubles défoncés, du béton partout, des morceaux de vitres brisées. La nature a repris le dessus."

Dans ce décor post-apocalyptique, "l’ambiance était vraiment super", poursuit le lauréat qui ne parlait pourtant "pas un mot d’italien" malgré la nette dominante d’autochtones. Sur 25.000 mètres carré, les organisateurs ont réparti le terrain de jeu, un espace camping pour les compétiteurs, une aire de concert ou encore un restaurant niché dans la zone praticable de la ville abandonnée. Le tout sans accroc pendant 48 heures, malgré la proximité des bâtiments détruits.

Le cache-cache, sport de demain ?

Derrière une ironie assumée, le Nascondino World Championship milite cependant pour faire reconnaître le cache-cache comme un sport légitime. Selon les organisateurs du Championnat, la commission olympique pour Tokyo 2020 aurait même montré un certain intérêt pour ce jeu de stratégie, bien qu’il ne soit pas (encore) au programme des futures disciplines. Les "Sneaky Frenchy" seront quant à eux sans doute de la partie l’an prochain, dans une autre ville, pour "défendre le titre", hisser haut les couleurs de leur pays et décrocher une nouvelle fois la "feuille de figuier d’or".

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter