Limoges : un riverain se plaint de la sirène des pompiers et fait changer leur itinéraire

Insolite

INSOLITE - Un riverain du centre-ville de Limoges, en Haute-Vienne, s'est plaint du passage régulier des camions de pompiers dans sa rue, et du bruit de leurs sirènes. Après un courrier au service départemental, il a obtenu gain de cause : les pompiers de la région ont reçu la consigne de changer d'itinéraire.

"C'est juste insupportable qu'on nous inflige ça". Après le chant des coqs, les cloches des églises, les Français se plaignent désormais... des sirènes des pompiers. Au point de réussir à les faire changer d'itinéraire ! Cela ressemble à une mauvaise blague, mais tout est vrai. Un habitant de Limoges, en Haute-Vienne, a obtenu gain de cause après avoir écrit au service départemental d’incendie et de secours (SDIS) pour faire dévier les secours. Il leur a expliqué qu'il est tout bonnement "insupportable" que les pompiers empruntent régulièrement sa rue, dont la largeur des voies ne permet pas aux automobiles de se décaler lorsqu'elles sont bloquées au feu rouge. "Par conséquent, la sirène se déclenche et dure tant que les voitures et cars n'ont pas passé le feu", écrit le râleur dans son mail, publié sur Facebook.

Selon le riverain, un autre itinéraire via deux rues adjacentes permettrait aux véhicules de secours de rattraper le même boulevard en évitant le feu tricolore. Devant une telle argumentation, le commandement a transmis la consigne aux pompiers de la région, en leur demandant de privilégier ce nouvel itinéraire. Ce que le syndicat Force Ouvrière des pompiers de la Haute-Vienne n'a pas tardé à dénoncer.

Joint par FranceBleu, le représentant du syndicat Nicolas Corneloup avoue que ses collègues et lui trouvent cela "un peu hallucinant". Si la demande en elle-même était déjà originale, le fait que le commandement aille dans son sens les a laissé pantois. "Donc maintenant, chacun peut écrire au SDIS en proposant qu'on ne passe plus par telle rue ou telle rue parce que nos sirènes font du bruit", a ironisé M. Corneloup. Une situation en partie dû au fait que selon lui, "le commandement" est un "personnel de gestion qui ne sort que rarement de son bureau et ne connait que très peu la réalité du terrain...", comme il est précisé avec humour dans le post Facebook du syndicat.

Notre priorité sera toujours la victime- Nicolas Corneloup, pompier et représentant du syndicat FO Haute-Vienne

Nicolas Corneloup estime pourtant que les pompiers de la région passent rarement par la rue en question. Ils passent en revanche dans plusieurs rues voisines, puisque ce sont celles menant au CHU. "Tous les pompiers du sud de département passent par ce carrefour", explique le représentant FO. "Notre but, c'est de transporter nos victimes le plus rapidement possible aux urgences. On ne fait pas ça pour embêter les gens", a-t-il ajouté. Il prévient d'ailleurs que s'il le faut, les pompiers de sa caserne dérogeront à la nouvelle consigne. "Si on doit aller au plus vite, on ira au plus vite. C'est du bons sens. Notre priorité sera toujours la victime", assume M. Corneloup.

Lire et commenter