L’instant meugnon : ce pingouin estropié a reçu une petite patte imprimée en 3D

Insolite
MIGNON – Privé de l’une de ses pattes palmée depuis neuf ans, Bagpipes le pingouin va enfin pouvoir remarcher correctement grâce à une prothèse imprimée en 3D.

Bagpipes clopine depuis près de dix ans. Trouvé dans un filet de pêcheur en Nouvelle-Zélande, ce petit pingouin a dû se faire amputer de la patte gauche en 2007. Grâce aux membres du Centre international de l’Arctique , où il vit depuis ce tragique accident, Bagpipes a reçu une toute nouvelle patte imprimée en 3D, le 1er juin.

Jusqu’alors, le petit pingouin se déplaçait grâce à des protèges-bouteilles en mousse coupées et ajustées à la taille de son moignon, explique le site néo-zélandais Stuff . "Quand il sort de la piscine, il utilise des parties de son corps qu’il ne devrait pas, comme son bec et ses palmes. Avec un peu de chance, cette prothèse l’aidera à mieux répartir son poids", explique Mal Hackett, en charge de l’animal.


30 heures de travail bénévole sur la prothèse

Grâce à la participation bénévole d’un spécialiste en design 3D, Dr. Don Clucas, le pied artificiel de Bagpipes a été réalisé sur mesure, après une trentaine d’heures de travail. "Le plus dur a été de scanner son pied, parce qu’il n’arrêtait pas de se tortiller", raconte l’expert. Pour l’heure en plastique blanc, la prothèse sera réimprimée en caoutchouc, pour éviter au pingouin de déraper sur le sol.

Après quelques chutes sur le ventre, Bagpipes ("cornemuse" en anglais, car son sauveteur était écossais) a déjà commencé à s’habituer à son nouveau membre. Le petit pingouin serait le premier animal sauvage en Nouvelle-Zélande à recevoir une prothèse en 3D.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter