SHERLOCK HOLMES – La semaine dernière, les serres des jardins royaux britanniques, à Londres, ont été le théâtre d'un drôle de vol : un nénuphar extrêmement rare a été dérobé. Scotland Yard mène l'enquête, sans résultat pour l'instant.

Scotland Yard est sur les dents. Lundi, la police londonienne a été saisie d'une affaire de vol pour le moins étonnante : dans les serres des Kew Gardens, les jardins botaniques de la famille royale, un nénuphar d'une variété extrêmement rare a été dérobé . Les faits se seraient déroulés jeudi dernier, dans la serre portant le nom du Prince Charles, premier héritier au trône. Pour l'heure, aucune piste ne semble privilégiée. La police a lancé un appel à témoins pour tenter d'obtenir des indices.

La plante subtilisée, Nymphaea thermarum de son nom scientifique, est considérée comme le plus petit nénuphar ayant jamais existé. Découvert en 1987 au Rwanda - on l'appelle également ''nénuphar pygmée du Rwanda'' - le végétal aquatique a, depuis, disparu de la surface du globe, à cause de la destruction de son habitat naturel.

''Un véritable coup au moral''

Outre son caractère inestimable pour la science, on imagine donc que le petit végétal aquatique possède une importante valeur marchande, même si, sur ce point, les responsables des Kew Gardens ont refusé de communiquer. A ce jour, les derniers spécimens de la plante - qui ne dépasse pas la taille d'une pièce d'un euro - se trouvent au Botanische Garten de Bonn (Allemagne) et, donc, au sein des immenses jardins royaux britanniques, en émoi depuis le vol.

''Notre personnel est dédié à la conservation des plantes et lorsque des incidents de cette nature se produisent, c'est un véritable coup au moral. Nous prenons ce vol très au sérieux", a témoigné Richard Barley, directeur du département horticole des jardins royaux. Reste que le vol semble l'affaire de spécialistes. Pour extraire la plante, qui a la particularité de pousser dans la vase plutôt que dans l'eau, le voleur a dû l'extraire avec une infinie précaution de la boue humide autour d'un étang de nénuphars situé dans le jardin d'hiver. Du travail d'orfèvre.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid : les décès et les admissions en réanimation en hausse

EN DIRECT - Affaire des "écoutes" : cette condamnation ne "correspond pas à la vérité", tacle Me Temime, l'avocat de Thierry Herzog

Son enfance en Algérie, son grand amour partagé : Marthe Villalonga ouvre ses jardins secrets

Le coronavirus ne sera pas vaincu d'ici la fin de l'année, selon l'OMS

Assouplissement des mesures anti-Covid : pourquoi Emmanuel Macron fixe-t-il un horizon de "4 à 6 semaines" ?

Lire et commenter