Non, la pie n’est pas une kleptomane

Insolite
DirectLCI
INSOLITE - La pie n'est pas voleuse. Elle ferait même preuve d'une méfiance instinctive à l'égard des objets insolites, suggère une étude britannique.

Votre grand-mère se méfiait des pies ? Elle se trompait. Contrairement à ce qu’affirme le bon sens populaire emmené par un opéra de Rossini ou un album de Tintin, la pie ne serait pas une voleuse. Elle ferait même preuve d'une méfiance instinctive à l'égard des objets qui lui paraissent insolites, suggère une étude britannique.

La pie juste "bavarde" pour les ornithologues est pourtant considérée depuis des siècles comme une horrible kleptomane qui ne peut s'empêcher de dérober bijoux et autres menus objets clinquants pour les entasser dans son nid. Dans le folklore européen, l’oiseau est même souvent associé au diable. Une mauvaise réputation liée au fait que ce serait un des seuls animaux à avoir refusé d’embarquer sur l’arche de Noé.

Légendes populaires

On retrouve quelques siècles plus tard ce mythe de la pie voleuse illustrée par le célèbre opéra de 1817 de Gioacchino Rossini, La gazza ladra (Pie voleuse), dans lequel une domestique manque de se faire exécuter, car elle aurait volé une cuillère d’argent alors qu’une pie serait à l’origine du délit. Dans un album de Tintin, " Les bijoux de la Castafiore " on retrouve aussi la même thématique. Bref.

Cette mauvaise presse serait, selon chercheurs de l'Université britannique d'Exeter spécialisés dans l'étude du comportement animal, totalement injustifiée, même s'il arrive bien à la pie de subtiliser des proies à d'autres oiseaux plus petits qu'elle. Un comportement largement répandu chez de nombreuses espèces. Ces scientifiques ont mené sur le campus de leur université une série d'expériences. "Nous n'avons trouvé aucune preuve montrant que les objets brillants attirent irrésistiblement les pies. Au contraire, tous ces objets ont suscité une réaction de néophobie - la peur des objets nouveaux - chez les oiseaux", résume Toni Shepard, auteur principal de l'étude, publiée dans la revue Animal Cognition .

Une invention culturelle

En 64 tests au total, les pies ne se sont intéressées aux objets brillants qu'à deux reprises seulement, saisissant un anneau argenté pour le rejeter immédiatement. Les oiseaux ignoraient, voire évitaient autant les objets brillants que bleus, et ils adoptaient souvent un comportement méfiant à proximité des tas d'objets inconnus.

"Nous pensons que ce sont les humains qui remarquent quand une pie ramasse des objets brillants, parce qu'ils pensent qu'elle les trouve attirants. Mais lorsque les pies interagissent avec des choses plus anodines, cela passe inaperçu. Il est probable que le folklore qui entoure les pies ne s'appuie pas sur des preuves mais soit le résultat d'une généralisation culturelle à partir de faits anecdotiques", explique Toni Shepard. Si la pie n’est pas klepto, les hommes eux seraient plutôt mytho…

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter