PHOTO - Une panthère noire sur les toits d’Armentières, le propriétaire toujours recherché

Insolite

PROMENADE - Le félin s'est promené tranquillement sur les toits de plusieurs habitations d'une des rues de la ville du Nord, avant d'être endormi et capturé. Le propriétaire est toujours recherché.

Les habitants de la rue de l'Avenir à Armentières (Nord) se sont peut-être crus dans Le Livre de la jungle, pendant quelques dizaines de minutes. Selon La Voix du Nord, une panthère noire (qui ne s'appelle sans doute pas Bagheera), s'est promenée fort aisément sur les toits de de plusieurs immeubles. Déambulant au gré de son humeur, la panthère est même parfois entrée dans certains appartements avant de ressortir et de continuer son chemin, selon les témoins.

Le propriétaire de la panthère noire, un "particulier" qui gardait le fauve chez lui et avait laissé une fenêtre ouverte, est "toujours recherché" par les autorités.

Voir aussi

L'animal placé dans un zoo

Si beaucoup ont cru à une mauvaise blague dans un premier temps, la police et les pompiers ont vérifié l'information et conclu qu'il s'agissait bien d'un félin noir. Un périmètre de sécurité a dû être réinstallé avant que les soldats du feu n'interviennent. Une fois rentré dans une maison, ils ont fermé la fenêtre et ont pu pénétrer dedans en passant par l'arrière pour l'endormir avec l'aide d'un vétérinaire.

Ébahis, stupéfaits, parfois apeurés, les badauds ont profité du spectacle. La bête d'environ 30 kg a été confiée à la ligue protectrice des animaux avant de rejoindre un zoo dans un second temps.

Un propriétaire toujours pas retrouvé

"Une enquête est en cours, pour entendre le propriétaire qui hébergeait l'animal" dans des conditions "qui restent à déterminer". Mais, "au moment de l'intervention des secours, le logement était vide et aucun suspect n'a encore été interpellé à ce stade", a expliqué à l'AFP un porte-parole de la direction départementale de la sécurité publique (DDSP) du Nord.

Les policiers ont "recueilli des témoignages divergents", indiquant pour certains "que le propriétaire était parti en vacances", pour d'autres qu'il avait quitté son logement "peu de temps" avant l'arrivée des pompiers, a détaillé ce porte-parole.

Sur le plan pénal, le propriétaire sera poursuivi "a minima pour mise en danger d'autrui (...) par violation manifestement délibérée d'une obligation de sécurité ou de prudence", un délit passible d'un an de prison et de 15.000 euros d'amende.

Lire et commenter