Pourquoi éternue-t-on quand il y a trop de soleil ?

Pourquoi éternue-t-on quand il y a trop de soleil ?

DirectLCI
SANTÉ – Un peu de soleil et vous êtes condamné à éternuer, quand les autres, autour de vous, n'ont aucune réaction. Mais comment expliquer cet étrange phénomène ?

Enfin, l'été arrive, avec lui le soleil, et pour certaines personnes, les éternuements, aussi ! Un rayon de soleil dans le visage et vous voilà déjà en train d'éternuer, tandis que vos proches, eux, ne tressaillent pas. Environ une personne sur quatre en serait victime. Comment expliquer une telle injustice ? LCI s'est penché sur la question. 


Ce problème est connu depuis l'Antiquité : Aristote y faisait ainsi référence dans "Problèmes". Mais le philosophe faisait fausse route : il attribuait ce phénomène au réchauffement du nez. En réalité, celui-ci se joue au niveau de nos yeux. C'est d'ailleurs à un chercheur français qu'on doit cette découverte, J.Sedan3, en 1954. Suivi quelques années plus tard par le médecin H.C. Everett4. Depuis, d'autres études ont conforté leur théorie sur ce que l'on nomme désormais le "réflexe photo-sternutatoire". 

Un "court-circuit"

A l'origine de ces éternuements face au soleil : la trop grande proximité, chez certaines personnes, des nerfs optiques avec le nerf trijumeau. Très proche des nerfs optiques qui transmettent les signaux visuels de la rétine au cerveau, le nerf trijumeau, innerve lui l’ensemble du visage. C’est lui qui est responsable de la sensibilité du visage (bouche, dents, parois nasales, sinus) et qui commande l’éternuement. Quand la lumière du soleil rentre dans votre champ de vision, concrètement, il se passe comme un "court-circuit" : le nerf optique, stimulé, interfère avec le nerf trijumeau, tels deux fils électriques qui se toucheraient. 


D'accord, mais pourquoi ne nous sommes pas tous égaux face au réflexe photo-sternutatoire ? Parce que celui-ci est d'ordre génétique. Donc, héréditaire : si l'un de vos parents en est affecté, il y a des chances que ce soit également le cas pour vous. Plusieurs scientifiques assurent par ailleurs que la morphologie pourrait également jouer. Mais sachez-le, pas de remède miracle : si vous êtes touché par ce phénomène, une seule solution, le port de lunettes de soleil. Et si vous aviez l'intention d'embrasser une carrière à la Top Gun, passez votre chemin :  aux Etats-Unis, pour éviter les accidents, l'armée de l’air américaine (US Air Force) rejette les candidatures de pilotes atteint de ce réflexe photo-sternutatoire !

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter