Quand les chercheurs transforment de l’urine… en bière

Insolite
PROGRÈS – Qui mieux que les Belges peuvent réinventer la bière ? Des chercheurs flamands ont développé un dispositif pour collecter l’eau pure présente dans l’urine humaine et en faire de l’engrais mais aussi une bière unique en son genre.

La bière vous donne envie d’aller au petit coin ? Et si votre urine vous permettait au contraire de vous désaltérer ? C’est le pari d’une équipe de chercheurs de l’université de Gand en Belgique. Les scientifiques ont collecté plusieurs milliers de litres d’urine lors d’un festival en juillet. Grâce à un dispositif solaire, ils ont distillé leur collecte pour récupérer de l’eau pure et en faire (entre autres) une bière blonde.

Une bière très artisanale

A partir de l’eau extraite dans l’urine des festivaliers et avec le concours d’une petite brasserie locale, De Wilde Brouwers, les chercheurs ont pu procéder au brassage – une bière étant composée à 90% d’eau. Selon le professeur Arne Verliefde, responsable du projet interrogé par le site belge DH, cette drôle de bière est avant tout une "expérience sociale".


Quant à la recette, "nous parvenons à faire trois bières avec un litre d’urine", précise le chercheur. "Notre collecte nous a permis de brasser près de 1000 litres de bière". Ce breuvage qui n’a de point commun avec son ingrédient secret que la couleur, est vendue chez le brasseur en édition limitée sous l’appellation "From Sewer to Brewer" (littéralement, "des égouts au brasseur") pour cinq euros.

Produire de l’eau potable et de l’engrais

Quoique peu ragoûtant, ce concept pourrait aussi et surtout s’avérer profitable dans les pays sous-développés. L’urine traitée a permis aux chercheurs d’isoler des composants tels que l’azote, le potassium et le phosphore, utilisés comme engrais dans l’agriculture. Sans compter l’intérêt de produire de l’eau potable "maison".


D’autant que "grâce à nos découvertes et en suivant notre procédé, à la maison aussi, les gens pourraient facilement transformer leur urine en eau pure", défend le professeur. "Nous aimerions, à terme, que cette technique puisse aider dans les zones rurales et les pays en voie de développement. Nous allons prochainement tester cela en Afrique du Sud".

Lire aussi

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter