Son ex nourrit trop son hamster, il la dénonce à la police

Son ex nourrit trop son hamster, il la dénonce à la police
Insolite

ABUS – En Angleterre, un homme a contacté la police locale pour signaler son ex-petite amie qui refuse de lui rendre son hamster et le nourrit trop.

Dans la voix de l’opératrice de police, la perplexité est palpable au commissariat de Northumbria, dans le Nord de l’Angleterre. Au bout du fil, un homme contrarié vient de contacter les forces de l’ordre pour dénoncer son ex-petite amie. Depuis leur rupture, la fautive détiendrait son hamster et nourrirait tellement l’animal qu’il serait devenu trop gras.

"Elle me dit : ‘Je m’en occupe mieux que toi’. Mais au final, il ressemble à un petit cochon gras." - L’auteur anonyme de la plainte

"Je sais que ça peut paraître bête mais c’est mon petit hamster. Je ne veux pas causer le moindre problème, mais elle ne me le rendra pas parce qu’elle me dit : ‘Je m’en occupe mieux que toi’. Mais au final, il ressemble à un petit cochon gras", a dénoncé le légitime propriétaire du rongeur. "Il faisait ma joie et ma fierté. J’ai besoin de le retrouver. Il n’a plus qu’un an ou deux à vivre et je l’aime vraiment." 

Sans surprise, la police n’a cependant pas donné suite à cette plainte. Mais cette conversation a été partagée le 16 septembre par les agents de Northumbria pour dénoncer les appels abusifs. Outre cette épineuse question de garde partagée, une femme a fait appel à la police car son hamburger était trop épicé, rapportent-ils. Un homme a quant à lui contacté le commissariat car il s’est coincé le doigt dans ses toilettes qui débordaient. "Une personne a même appelé pour dénoncer un chien excessivement amical", poursuivent les policiers.

15% des appels sans rapport avec la police

Au Royaume-Uni, le numéro 101 sert aux appels non urgents (l’équivalent des numéros directs vers les commissariats en France). Mais le rôle de la police ne semble pas toujours bien clair. Pour le commissaire Sav Patsalos : "Cette campagne n’a pas pour but de faire honte aux gens. La majorité des personnes pensent sincèrement que nous serons en mesure de les aider quelle que soit la situation dans laquelle ils se retrouvent". 

Résultat : sur un million d’appels par an en moyenne, près de 15% n’ont aucun rapport avec les services de police.

Lire aussi

    Sur le même sujet

    Et aussi

    Lire et commenter

    Alertes

    Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent