Une femme de 86 ans vit exclusivement sur un paquebot de croisière

Insolite
INSOLITE – Une veuve américaine de 86 ans vit depuis sept ans sur un bateau de croisière. Une vie de luxe qui lui coûte près de 140.000 euros.

Le paquebot de croisière Crystal Serenity, capable d’accueillir près de 1070 passagers, dispose d'un théâtre, d'un potager pour le chef cuisinier et même d'une boutique Dior. Depuis sept ans, l'Américaine Lee Wachtstetter vit au quotidien dans cet environnement luxueux.

Surnommée "Mama Lee" par l'équipage, elle fait partie du petit groupe de résidents permanents des navires de croisière. Celui sur lequel elle a élu domicile est le plus grand bateau résidentiel privé au monde, mettant à disposition de ces riches clients 165 espaces de vie. Et riche n'est pas un euphémisme. En moyenne, la navigatrice débourse près de 164.000 dollars par an (140.000 euros).

Escale dans tous les pays qui disposent d'un port

Lee Wachtstetter décide de s'installer à bord à la mort de son mari. "La veille de sa mort, il m'a dit, 'n'arrête pas les croisières'", confie-t-elle à Asbury Park Press . Pendant leurs cinquante années de mariage, ils ont en effet profité de plus de 89 croisières. Depuis le décès de cet ex-banquier et expert immobilier, la veuve en a "fait plus d'une centaine" et a carrément arrêté de compter les pays qu'elle a visités : "Il suffit de dire que j'ai été dans tous ceux qui disposent d'un port."

D'autant qu'avant de s'installer sur le Crystal Serenity, elle a vécu sur un autre paquebot. Elle a "déménagé" quand ce dernier a arrêté les sessions de danse, qu'elle affectionne particulièrement.

Après ces nombreuses années en mer, Mama Lee ne prend même plus la peine de descendre à terre et profite du calme du navire en l'absence de ses occupants. Seules les escales à Miami la mettent en joie : elle peut ainsi voir sa famille. "L'année dernière, nous avons accosté cinq fois dans la ville", précise-t-elle. Comme elle, trois autres femmes ont établi leur résidence sur le paquebot, mais aucune n'y vit depuis aussi longtemps que l'Américaine.
 

QUAND Y EN A PLUS, Y EN A ENCORE
>>  Les "instants meugnons" de metronews
>>  D'autres infos insolites
>> 
Le Bon Coin : les pires annonces  
>>  La preuve que la bêtise humaine n'a pas de limite


 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter