Une nouvelle maison pour l’ours "le plus triste du monde" ?

Une nouvelle maison pour l’ours "le plus triste du monde" ?
Insolite

MALTRAITANCE ANIMALE – Les conditions de captivité de Pizza, un ours retenu en cage dans un centre commercial chinois, ont provoqué l’indignation de millions de personnes. Pour mettre fin à son enfer, un vaste refuge du Royaume-Uni lui offre une place dans un parc de quatre hectares.

Étalé sur sa banquise artificielle, Pizza gît sous la lumière bleue du centre commercial Grandview de la ville de Canton, en Chine. Sa babine tremble. Derrière la vitre, des centaines de visiteurs viennent chaque jour photographier ce triste spectacle. Mais le calvaire de ce grand ours blanc pourrait bientôt prendre fin.

Au mois de mars, lorsque l’association de protection des ours Animal Asia a dénoncé les conditions de vie de Pizza, les images de l’ours polaire ont fait le tour du monde. Sur le seul YouTube, la vidéo postée par l’association a ainsi été vue plus de 1,2 million de fois. Tandis que les journaux du monde entier rapportaient son histoire, le mammifère a rapidement reçu le surnom d'ours "le plus triste du monde". 

Une nouvelle vie offerte à Pizza

Depuis huit mois, Animal Asia lutte pour sauver l’ursidé. Et le 19 septembre,  l'association a affirmé que le refuge Yorkshire Wildlife Park au Royaume-Uni avait offert à Pizza une place, où il pourrait profiter de quatre hectares de terrain et retrouver quatre de ses congénères. Ce terrain naturel inclut deux lacs, dont un de huit mètres de profondeur, "ce qui permet aux ours de plonger comme ils le feraient à l’état sauvage", précise l’association.

Appuyée par une pétition totalisant plus de 580.000 signatures, Animal Asia compte faire pression sur le centre commercial pour qu'il accepte cette proposition. "La bonne nouvelle pour Grandview, c’est qu’ils ont désormais l’opportunité de réparer leurs erreurs", insiste Dave Neale, directeur du bien-être animal au sein de l'association. "Grâce à cette offre incroyable du Yorkshire Wildlife Park, il peut y avoir une fin heureuse et toute la mauvaise publicité dont ils ont souffert peut se transformer en histoire positive."

Un combat à poursuivre

Animal Asia se dit prête à aider le centre commercial pour que le transfert ne lui coûte pas un centime, contre la garantie que l'ours ne sera pas remplacé. Mais l’association refuse de payer le supermarché pour Pizza, craignant que ces fonds ne soient réutilisés pour acquérir de nouvelles victimes. En plus de l’ours polaire, le centre commercial retient entre autres six jeunes belugas et cinq morses en captivité, que l’association propose également d’évacuer à ses frais. 

"Je sais qu’ils ont conscience que des erreurs ont été commises." - Dave Neale, directeur "bien-être animal" de Animal Asia

Si Pizza n’est pas encore tout à fait libre, Dave Neale est confiant. "Pour avoir parlé avec [les responsables du centre commercial], je sais qu’ils ont conscience que des erreurs ont été commises", assure-t-il. L’association espère que ces négociations auront une issue positive pour offrir rapidement une nouvelle vie à Pizza.

Lire aussi

    Sur le même sujet

    Et aussi

    Lire et commenter

    Alertes

    Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent