Une patte d'abord, puis le corps : sa canette de soda terminée, il y découvre un rongeur

Insolite

ÉCŒURÉ - Un trentenaire originaire de Seine-et-Marne raconte avoir fait une découverte peu ragoutante en vidant le fond de sa boisson gazeuse avant de la jeter. Le petit mammifère qui s'y trouvait lui fait notamment craindre une infection à la leptostirose, rapporte Le Parisien. La marque qu'il a immédiatement contacté ne confirme pas l'incident.

De quoi mettre fin, d'une seule gorgée, à un penchant qui ne date pas d'hier. Un trentenaire originaire de Seine-et-Marne, assure avoir fait une découverte peu ragoutante en buvant son habituel soda le 7 mars dernier. La canette suspecte avait été achetée quelques heures plus tôt à l'occasion d'un déjeuner entre collègues, près de Fontainebleau. Mais ça n'est qu'en rentrant chez lui que l'informaticien s'est décidé à l'entamer. Ce qu'il n'a pas tardé à regretter... 

Sa boisson terminée, il explique au Parisien l'avoir retournée pour éviter que le fond restant ne se vide dans la poubelle. C'est alors que lui est d'abord apparu, la patte d'un rongeur, puis son corps. 

Voir aussi

Écœuré par sa découverte, le jeune homme contacte illico le fabricant de la marque concernée, qui lui aurait demandé de lui faire parvenir la canette incriminée. Ce qu'il a refusé, souhaitant conserver cette seule et unique preuve, explique-t-il au Parisien. Pour l'heure, la marque n'a donc pas confirmé l'incident, estimant que rien ne prouve la véracité de ce récit.

Sous surveillance pendant 21 jours

Craignant surtout pour sa santé, le trentenaire a appelé dans la foulée son médecin traitant pour lui demander une prise de sang destinée à révéler une éventuelle une infection à la leptostirose, maladie bactérienne transmise par les rongeurs. Si ce dernier, selon lequel "les sucs gastriques devaient avoir tué toute bactérie éventuelle" s'est montré rassurant, le centre hospitalier a en revanche orienté le Seine-et-Marnais vers le centre anti-poison, lui demandant de rester attentif au moindre symptôme suspect "pendant 21 jours."

Quant à la plainte qu'il a essayé de déposer au commissariat, elle lui aurait été refusée.

Sur le même sujet

Lire et commenter