Plainte à 100 millions aux Bahamas, suite au fiasco du "festival du siècle" organisé par le rappeur Ja Rule

DirectLCI
FIASCO - Les organisateurs - parmi lesquels Ja Rule - d'un festival de musique aux Bahamas qui se voulait luxueux mais a tourné au désastre sont visés par une plainte à 100 millions de dollars les accusant de fraude.

"Always on time". Plus de 15 ans après son célèbre tube, Ja Rule semble avoir oublié les préceptes qui avaient fait son succès par le passé. Car après l'invraisemblable fiasco du festival Fyre - annulé dans la confusion la plus totale vendredi dernier - le rappeur de New-York et les co-organisateurs de l'événement vont devoir faire face à une plainte à 100 millions de dollars les accusant de fraude, rapporte l'AFP.


Le festival Fyre a été annulé vendredi après que des centaines d'amateurs de musique et de fête - qui avaient déboursé de "1.200 dollars jusqu'à plus de 100.000 dollars par personne" pour les offres VIP - ont découvert en guis d'accueil arrivant dans l'archipel, des tentes d'hébergement d'urgence et des sandwiches rudimentaires, loin des repas gourmets promis.

Plus proche "d'Hunger Games" que de "Coachella"

"Le manque de nourriture, eau, hébergements et soins médicaux du festival a créé une situation dangereuse et une panique (...) plus proche de 'Hunger Games' ou 'Sa majesté des mouches' que de Coachella", l'emblématique festival de musique californien, déplore la plainte déposée au nom de Daniel Jung à Los Angeles. "Le plaignant dépose cette plainte au nom de tous les acheteurs de billets et festivaliers lésés (...) et demande des dommages et intérêts d'au moins 100 millions de dollars", poursuit le texte, évoquant "désastre total", "chaos massif" et "cauchemar post-apocalyptique".


Le festival Fyre, organisé par le rappeur new-yorkais Ja Rule et l'entrepreneur de technologie Billy McFarland, vendu comme "l'expérience culturelle de la décennie", s'est excusé pendant le week-end dans un communiqué sur son site internet, annonçant que tous ceux qui avaient acheté des billets seraient remboursés. L'avocat de Daniel Jung, Ben Meiselas, du cabinet spécialisé dans la défense de célébrités Geragos et Geragos, a dit sur Twitter qu'un simple remboursement ne serait sans doute "pas suffisant"

Ce n'est pas ma fauteJa Rule

Les organisateurs ont admis avoir été dépassés par l'affluence, les embouteillages et les rafales de vent qui ont renversé des tentes. "Au final, nous ne pensions pas que la sécurité pouvait suivre et nous avons dû reporter le festival", précise le communiqué. Pour sa part, Ja Rule plaide non-coupable. Disant avoir "le cœur brisé" il insiste sur le fait que le fiasco n'était "pas sa faute".

La top-model Bella Hadid, qui a elle aussi contribué à la promotion du festival, s'est également dédouanée sur Twitter, affirmant que "ce n'était en aucun cas son projet"

Le gouvernement des Bahamas à la rescousse

De nombreux festivaliers ont partagé des photos montrant une foule à l'aéroport, attendant les vols promis par l'organisation pour les reconduire à Miami, et indiqué qu'ils n'avaient ni nourriture ni eau. Certains récoltant au passage des moqueries d'internautes pour le prix faramineux déboursé.


Le gouvernement des Bahamas, un pays de plus de 700 îles où le tourisme est la principale industrie, s'est également excusé et a participé au rapatriement des festivaliers, tout en précisant qu'il n'avait pas pris part à l'organisation de l'événement. Il en va de l'image de l'archipel caribéen, qui vit essentiellement des ressources liées à l'activité touristique...

Plus d'articles

Sur le même sujet