VIDÉOS - Un robot-peluche pour approcher les bébés manchots

Insolite
NATURE - Des scientifiques ont mis au point un robot en forme de bébé manchot pour approcher une colonie de ces oiseaux d'Antarctique.

Les animaux sauvages sont par définition très facilement perturbés par la présence de l'homme. Un véritable problème quand il est nécessaire des les approcher, pour les soigner par exemple. Yvon Le Maho, spécialiste des manchots, qui avait notamment travaillé sur le film La Marche de l'empereur, est retourné sur le lieu de tournage du film pour tester une éventuelle solution à ce problème.

Ce chercheur de l'université de Strasbourg, ses collègues ainsi que des membres du centre scientifique de Monaco ont pu approcher calmement une colonie de manchots d'Antarctique grâce à une peluche téléguidée prenant l'apparence d'un des bébés de l'espèce. 

Une expérience pour la survie des manchots

L'objectif était de tatouer les oiseaux pour étudier leur reproduction et leur survie. Une bonne manière de comprendre par ailleurs le changement climatique et ses conséquences. Des étiquettes électroniques ont donc été introduites sous la peau des oiseaux, qui ne peuvent porter de bague de par leur morphologie.

Au cours de cette étude, l'équipe a équipé 34 manchots de moniteur de fréquence cardiaque pour analyser leur réaction. Ils ont envoyé dans un premier temps un petit robot Rover à quatre roues, comme  Curiosity, celui qui a été envoyé sur Mars . Bonne nouvelle : le petit robot a déjà largement moins stressé les animaux qu'une présence humaine. Le Rover a ensuite été déguisé en bébé manchot, ce qui a permis d'approcher exceptionnellement "une crèche", un attroupement de bébés.

Une expérience déjà tentée avec les crocodiles et les pandas ! 

Yvon Le Maho a expliqué au magazine Nature vouloir parvenir "à des recherches plus acceptables au plan éthique (…) tout en évitant les biais scientifiques liés à la perturbation des animaux dans leur milieu naturel". La présence de l'homme provoque en effet un stress intense chez les animaux, sans parler des mouvements de foule colossaux qui peuvent causer la perte des oeufs.

En mai déjà, des chercheurs de l'université Carnegie-Mellon de Pitsburg (États-Unis) avaient utilisé un crocodile téléguidé pour étudier la qualité de l'eau d'un fleuve du Kenya… où 4000 hippopotames potentiellement dangereux faisaient leur toilette.

De même, les années précédentes, les images de chercheurs chinois déguisés en pandas ont fait le tour de la toile. Pour effrayer le moins possible l'espèce, ils n'ont pas hésité à s'imprégner de son urine et de ses excréments.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter